Le gouvernement adapte le contrat d’engagement jeune aux profils "en rupture"

Dans le cadre du contrat d’engagement jeune, une offre de service dédiée aux jeunes les plus en difficulté a été lancée par le gouvernement. Ces accompagnements, qui viseront 20.000 jeunes, seront assurés par les associations.

Jeunes sans domicile fixe, sortant de l’aide sociale à l’enfance, en situation de décrochage scolaire ou ayant des problèmes d’addiction… pour amener vers l’emploi ces publics dits "en rupture" par le biais du nouveau contrat d’engagement, le gouvernement annonce jeudi 17 mars "une offre de service dédiée". Elle doit concerner 20.000 jeunes, précise le communiqué conjoint des ministères du Travail, de la Santé et des Solidarités, et du Logement, à l’occasion d’un déplacement ministériel dans un centre d’hébergement d’urgence géré par l’association Aurore.

Une enveloppe de plus de 100 millions d’euros est prévue pour financer ces accompagnements, qui seront pris en charge par les associations. À ce titre, elles deviendront des opératrices du contrat d’engagement jeune.
Le contenu de cet accompagnement s’appuiera dans un premier temps sur la prolongation des parcours de repérage et de remobilisation portés par les associations dans le cadre de l’appel à projets "100% inclusion".
À partir d’avril prochain, des appels à projets régionaux viseront à sélectionner des associations "qui accompagnent localement des jeunes en rupture et qui sont prêtes à proposer le contrat d’engagement jeune, en collaboration avec les missions locales".

10 millions d’euros supplémentaires pour l’accès au logement

Enfin, à l’horizon de la rentrée de septembre, un marché national sera lancé afin de "pérenniser les expérimentations engagées par plusieurs associations dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences". Celles-ci "seront en mesure de porter le contrat d’engagement jeune", pour accompagner les 16-25 ans "qui ne sont pas en contact avec le service public de l’emploi", une cible prioritaire du gouvernement.

Pour traiter le problème spécifique de l’accès au logement, "le ministère du Logement va augmenter le nombre de professionnels qui travaillent dans les services intégrés d’accueil et d’orientation (Siao) pour effectuer le repérage, la régulation de l’offre et de la demande, ainsi que le suivi des dossiers". Ces derniers "travailleront en lien avec les missions locales et les associations de lutte contre la pauvreté". À cette fin, le budget de l’accompagnement vers et dans le logement sera augmenté de 10 millions d’euros pour accompagner les jeunes.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle