Insertion - Le nombre de bénéficiaires du RSA socle a progressé de 7,3% en un an

La Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) publie la seconde livraison de sa nouvelle lettre trimestrielle "RSA conjoncture". Datée de juin, elle présente les statistiques de cette prestation au 31 mars 2013. Le principal enseignement est que le revenu de solidarité active poursuit sa progression - qui tend à s'accélérer -, mais à des degrés divers selon ses différentes composantes.
Ainsi, le RSA est aujourd'hui versé à près de 2,18 millions de foyers (1,96 million en métropole et 215.000 dans les DOM). Le RSA socle (ex RMI et API) bénéficie à 1,7 million de foyers (dont 1,46 million pour le RSA socle seul et 231.000 pour le RSA socle et activité) et le RSA activité à 476.000 foyers. Mais le plus intéressant réside dans l'évolution de ces différentes catégories sur un an, avec des contrastes importants. La progression la plus forte concerne en effet le RSA socle (+6,9% en métropole depuis le 31 mars 2012 et +6,8% pour l'ensemble des bénéficiaires). Au sein de cet ensemble, la hausse sur un an est plus forte encore pour le RSA socle seul (+7,3% en métropole et +7,2% au total). A l'inverse, le RSA activité peine toujours autant à décoller. Au cours de la période, il n'a progressé que de 1,6% (+1,5% en métropole et +4,6% dans les DOM).
Autre enseignement apporté par les chiffres de la Cnaf : le rythme de progression du RSA tend à s'accélérer. Cette accélération est relativement modeste sur l'ensemble de la prestation : +5,6% en tendance annuelle au 31 mars 2013, contre +5,4% au 31 décembre 2012, donc sur l'ensemble de l'an dernier (voir notre article ci-contre du 2 avril 2013). Mais cette progression recouvre en réalité des mouvements contradictoires. Alors que le RSA activité décélère nettement (+1,6% fin mars, contre +2,5% fin décembre), le RSA socle connaît au contraire une accélération sensible (respectivement +6,8% et +6,3%).
Ce que retracent ainsi les chiffres de la Cnaf, les élus - et notamment ceux des départements - le ressentent au quotidien. Stéphane Troussel, le président (PS) du conseil général de la Seine-Saint-Denis, signe ainsi une tribune dans le quotidien Libération du 25 juin 2013, intitulée "Aide sociale : l'Etat doit assurer aussi la solidarité nationale". Il y est bien sûr question de la négociation en cours avec le gouvernement sur la mise en oeuvre du  "pacte de confiance" et de la compensation des charges transférées par l'Etat. Mais le président du conseil général y fait aussi remarquer que "ce sont actuellement plus de vingt nouvelles familles par jour qui sont contraintes de s'inscrire aux guichets du département pour percevoir le RSA. Cela représente désormais 32 millions d'euros par mois pour plus de 88.000 allocataires, soit 8% de hausse sur un an". Une progression qui - au regard des spécificités de la Seine-Saint-Denis - cadre parfaitement avec les chiffres annoncés par la Cnaf...

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle