Environnement - Le prix de l'eau en France reste inférieur à la moyenne européenne selon la FP2E

Selon l'édition 2009 du baromètre du cabinet Nus Consulting publiée ce 22 octobre par la Fédération professionnelle des entreprises de l'eau (FP2E), les prix de l'eau dans les villes françaises se situent en dessous de la moyenne européenne, avec un prix moyen de 3,09 euros/m3. Ce montant est "inférieur de plus de 10% à la moyenne européenne (3,44 euros/m3)", a indiqué la FP2E qui représente les entreprises privées de gestion des services d'eau et d'assainissement en France.

Cette étude ne porte que sur les cinq plus grandes villes de dix pays européens (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède). Elle a comparé les prix basés sur une facture type de 120 mètres cubes, à euros constants au 1er janvier 2009, intégrant les taxes et redevances de chaque pays.
Comme en 2008, la France se situe en sixième position. Les prix les plus élevés se constatent au Danemark (6,42 euros/m3), devant l'Allemagne (5,29 euros) et le Royaume-Uni (3,79 euros). Ensuite viennent les Pays-Bas (3,77 euros) et la Belgique (3,51 euros) puis la France.
En 2009, "le prix de l'eau progresse en France de 2,7%, correspondant à la hausse moyenne observée en Europe", affirme l'étude. Le pays où l'augmentation est la plus forte est l'Espagne (10,4%), qui est également le pays où l'eau est la moins chère (2,11 euros par mètre cube), juste après l'Italie (0,88 euro). La Suède fait figure d'exception avec une hausse de 2,2%, pour un prix moyen de 2,54 euros.
"Ces résultats montrent l'équilibre français entre les efforts réalisés depuis de nombreuses années sur les infrastructures, la poursuite nécessaire des investissements (...), tout en garantissant la maîtrise de la facture pour le consommateur", affirme la FP2E dans un communiqué.

Le prix de l'eau fait régulièrement l'objet de polémiques dans l'Hexagone. En 2007, à l'occasion notamment du lancement de l'appel d'offres pour le renouvellement du contrat du Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif), l'association de consommateurs UFC-Que Choisir avait dénoncé une nouvelle fois "une facture abusive" en Ile-de-France comme dans plusieurs grandes agglomérations.

Anne Lenormand
 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle