Jean-Noël Escudié / P2C

Social / Insertion - Le RSA a ralenti sa décrue en 2017 et la prime d'activité progresse toujours

Social

Emploi

La Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) publie les statistiques du revenu de solidarité active (RSA) et de la prime d'activité au 31 décembre 2017. Les chiffres traduisent à nouveau un recul du nombre d'allocataires du RSA socle. A la fin 2017, 1,827 million de foyers percevaient la prestation (métropole et DOM) : 1,606 million pour le RSA socle sans majoration pour isolement et 221.000 avec majoration. Ce chiffre correspond à une baisse de 0,6% par rapport à la même période de l'année précédente, soit un recul beaucoup plus modeste que les -4,3% de 2016.

Une décélération continue de la baisse du nombre de bénéficiaires

Si le recul du nombre de bénéficiaires se poursuit, il tend en effet à se ralentir nettement. Durant les quatre trimestres de 2016, la tendance à la baisse s'était au contraire accélérée. A la fin de chaque trimestre, l'évolution du RSA socle sur les douze derniers mois était ainsi respectivement de +0,7%, -1,2%, -3,3% et -4,3%. En 2017, la baisse sur un an s'est au contraire ralentie au fil des trimestres : -3,6%, -2,5%, -2,1% et -0,6%
Au dernier trimestre 2017, le nombre de bénéficiaires du RSA socle a progressé de 22.000 personnes. A la fin de l'année, 223.000 foyers percevaient ainsi le RSA alors qu'ils n'en bénéficiaient pas trois mois auparavant. A l'inverse, 202.000 foyers sont sortis du RSA à la fin décembre alors qu'ils percevaient cette prestation au trimestre précédent. Après trois trimestres consécutifs de baisse, le nombre d'ouvertures de droits présente ainsi un niveau élevé entre septembre et décembre 2017.

Une dépense de RSA de 10,63 milliards d'euros, en hausse de 0,3%

Pour la Cnaf, il ne faut cependant pas nécessairement voir dans cette évolution le signe d'une dégradation. En effet, "cette évolution est notamment liée à la saisonnalité des entrées. La généralisation de la mise en œuvre de la téléprocédure de demande de RSA en décembre pourrait également concourir à ce résultat". Par ailleurs, si on corrige les données des variations saisonnières et qu'on neutralise l'effet des revalorisations du barème, le quatrième trimestre affiche une baisse de 0,4% des effectifs de bénéficiaires du RSA.
Malgré le recul du nombre de bénéficiaires observé sur 2017, les dépenses liées au RSA ont continué de croître. Durant cette année, les CAF ont en effet versé 10,63 milliards d'euros au titre de cette prestation, contre 10,59 milliards en 2016, soit une progression de 0,3%. Une hausse qui tient principalement à la revalorisation de la prestation.

Prime d'activité : des bénéficiaires en progression de 7,5%

De son côté, le nombre de bénéficiaires de la prime d'activité continue de progresser de façon significative, mais la hausse tend à se ralentir. Au 31 décembre 2017, les CAF on ainsi versé cette prestation à 2,67 millions de foyers (métropole et DOM), soit une hausse de 7,5% sur un an, correspondant à 186.000 bénéficiaires supplémentaires. Au total, la prime d'activité couvre 5,44 millions de personnes, en prenant en compte les 690.000 conjoints et les 2,08 millions d'enfants et autres personnes à charge.
La progression observée en 2017, est "nettement moins dynamique" que celle observée un an plus tôt, mais la Cnaf rappelle que l'année 2016 était celle de la mise en place de la prime d'activité. Les chiffres montrent que 22% des bénéficiaires de cette prestation sont des familles monoparentales, dont 28% vivant avec au moins un enfant de moins de six ans. La part des familles monoparentales varie toutefois d'un département à l'autre, allant de 17% à 27% en métropole et montant jusqu'à 35% dans les DOM. La Cnaf explique que "ces disparités territoriales sont à relier notamment à la démographie, ainsi qu'à la situation du marché du travail".
Enfin, en termes financiers, les CAF ont versé l'an dernier 5,06 milliards d'euros au titre de la prime d'activité, contre 4,57 milliards en 2016, soit une progression soutenue 10,7%.

Haut de page