Santé / Social - Le rythme de mise en place du plan Alzheimer 2008-2012 s'accélère

Nicolas Sarkozy reste très présent sur le dossier du plan Alzheimer. Après une séance au début du mois de février (voir notre article ci-contre du 2 février 2010), il a en effet présidé une nouvelle réunion du comité de suivi du plan, le 17 septembre, en présence de plusieurs ministres et des responsables du projet. Il s'agit en l'occurrence de la quatrième réunion du comité de suivi depuis le lancement du plan Alzheimer 2008-2012.
Au-delà de la satisfaction exprimée sur l'avancement des 44 mesures du plan à un rythme conforme au calendrier initial, le chef de l'Etat a annoncé plusieurs mesures qui marquent une accélération de la mise en oeuvre du plan. La principale concerne la généralisation, dès 2011, des maisons pour l'accueil et l'intégration des malades d'Alzheimer (Maia). Dans la version initiale du plan, les expérimentations devaient se poursuivre jusqu'en 2012, avec une généralisation cette année-là. L'anticipation annoncée par Nicolas Sarkozy tient "au succès des expérimentations" menées depuis l'an dernier. Autre annonce du chef de l'Etat : avant la fin de cette année, 127 équipes spécialisées de services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) vont être créées afin de "proposer aux personnes malades des solutions permettant de conserver leur autonomie à domicile". En matière de structures de répit, Nicolas Sarkozy a confirmé la restructuration des accueils de jour et de l'hébergement temporaire ainsi que la revalorisation de 30% du forfait transport pour financer les déplacements vers ces structures (voir notre article ci-contre du 23 février 2010). Toujours dans le registre des solutions originales, il est prévu la sélection, dès cette année, de 18 nouveaux projets de répit innovants (baluchonnage, art-thérapie, séjours vacances...).
Le volet des établissements n'a pas été oublié par le comité de suivi, avec plusieurs annonces à ce titre. Ainsi, 58 pôles d'activités et de soins adaptés (Pasa) sont en cours d'ouverture au sein des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Ils sont destinés à des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer présentant des troubles modérés du comportement. Enfin, pour les cas où une hospitalisation se révèle indispensable (périodes de crise), 35 unités spécialisées ont d'ores et déjà été créées. Leur intérêt est d'éviter le passage du malade par plusieurs services hospitaliers, ce qui fragilise encore davantage son état de santé. Dernier point important sur le volet médicosocial : dès la création des agences régionales de santé (le 1er avril dernier), des référents Alzheimer ont été nommés dans chaque ARS, avec pour mission "d'accélérer la déclinaison du plan sur le terrain".
Le chef de l'Etat entend d'ailleurs bien maintenir la pression afin d'atteindre tous les objectifs prévus à l'horizon 2012. Le communiqué de l'Elysée précise en effet que "le président de la République a demandé au Premier ministre de veiller avec les différents ministres engagés dans la mise en oeuvre de ce plan, à ne pas relâcher les efforts afin que toutes les solutions concrètes prévues pour les malades et leurs familles soient généralisées sur l'ensemble du territoire d'ici à 2012".

 

Jean-Noël Escudié / PCA
 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle