Transports - Lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : les travaux déclarés d'utilité publique

Un décret publié dimanche 5 juin au Journal officiel déclare "d'utilité publique et urgents les travaux nécessaires à la réalisation des lignes ferroviaires à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax entre Saint-Médard-d'Eyrans (Gironde), Saint-Jory (Haute-Garonne) et Saint-Vincent-de-Paul (Landes)". Par conséquent, dans ces zones, les expropriations nécessaires devront être réalisées dans un délai de quinze ans maximum. "Le maître d'ouvrage devra, s'il y a lieu, remédier aux dommages causés aux exploitations agricoles", précise le texte. Le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, avait annoncé le 26 septembre dernier que le gouvernement avait validé la réalisation de ces deux LGV dans le cadre du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), et ce malgré l'avis négatif, à caractère consultatif, rendu par la commission d'enquête publique. Il avait saisi le Conseil d'Etat pour avis. Celui-ci a validé le 25 mai le projet de décret.
Le projet doit mettre Toulouse à un peu plus de 3 heures de Paris en 2022, contre au moins 5h20 aujourd'hui. Le coût des nouvelles lignes est estimé à 8,3 milliards d'euros, avec des hypothèses de mise en service en 2024 pour Bordeaux-Toulouse et en 2027 pour Bordeaux-Dax.
Dans un communiqué, le Cade, un collectif d'associations qui s'oppose à cette ligne, souligne que "alors que les finances publiques sont exsangues, que la France croule sous les déficits, que l'entreprise SNCF affiche un déficit abyssal de 50 milliards d'euros, que la mise en service de la LGV Tours-Bordeaux sera déficitaire pour l'opérateur ferroviaire, l'Etat, coupé des réalités économiques, n'écoute plus les citoyens et continue de valider des projets inutiles et ruineux". Il prévient l'Etat, en agissant ainsi, qu'il "prend la responsabilité d'ouvrir de nouveaux lieux de résistance et de contestation à l'image de celui de Notre-Dame-des-Landes". Environ 200 personnes, dont certaines ayant acheté collectivement un terrain sur le futur tracé pour retarder le processus d'expropriation, se sont réunies samedi 4 juin dans le sud de la Gironde pour exprimer leur opposition au futur chantier.

Satisfecit des présidents de région

Les deux présidents socialistes des régions concernées, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, ont en revanche salué la déclaration d'utilité publique du projet. "En lui accordant aujourd'hui le 'feu vert', le gouvernement prépare le grand Sud-Ouest du XXIe siècle, au bénéfice de ses habitants, de son économie, de son attractivité et de son rayonnement en Europe et dans le monde", estiment dans un communiqué commun Alain Rousset et Carole Delga, pour lesquels le projet représentera un "accélérateur de croissance pour nos territoires". "Il faut à présent anticiper le financement de cette grande infrastructure nationale qui assurera, au niveau européen, la connexion du réseau de la péninsule ibérique", ajoutent les deux présidents citant comme sources de financement possibles le "grand emprunt, le Plan Junker (plan d'investissement européen, ndlr) ou toute autre solution innovante" en faveur d'un "équipement public fait pour traverser les siècles". Les deux élus se disent "déterminés à tout mettre en oeuvre afin que les délais de mise en service prévus pour les sections Bordeaux-Toulouse en 2024, Bordeaux-Dax en 2027 et Dax-Espagne en 2032 soient respectés".
La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) a elle aussi manifesté son soutien à la déclaration d'utilité publique pour ces nouvelles lignes à grande vitesse. "Cette décision est opportune, rationnelle et conforme aux orientations de l'Union européenne", a-t-elle salué dans un communiqué. Selon elle, "la LGV Bordeaux-Toulouse, qui doit être réalisée en priorité, réduira la durée du trajet Bordeaux-Toulouse d'une heure, une performance inaccessible par la modernisation de la ligne existante ou même sa reconstruction partielle à un coût environnemental et financier très élevé". La Fnaut estime aussi qu'il s'agit d'une décision "utile à l'aménagement du territoire", puisque "le GPSO permettra de rattacher l'Aquitaine et Toulouse, une aire urbaine de 1,3 million d'habitants en forte croissance démographique au réseau national des LGV et de rapprocher Bordeaux et Toulouse de l'Espagne". Elle considère également qu'il s'agit d'une "décision bénéfique pour l'environnement" car "le gain de temps apporté par la LGV induira un report massif du trafic aérien Paris-Toulouse (3 millions de passagers par an) et du trafic inter-routier régional sur le rail, donc une réduction de leurs nuisances et de leurs émissions de gaz à effet de serre". Enfin, la Fnaut appelle le gouvernement à "mettre en œuvre une fiscalité écologique" pour assurer le financement du GPSO, l'Union européenne devant contribuer selon elle au financement de la branche Bordeaux-Dax du projet.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle