L'industrie compte moins d'usines mais continue de créer des emplois

L'industrie a perdu 17 usines depuis le début de l'année - un retournement par rapport aux deux années précédentes -, mais elle continue de créer des emplois : +7.800 sur neuf mois. Des créations qui sont donc surtout le fait d'extensions d'anciennes usines. Le gouvernement cherche à faciliter les procédures d'implantations.

Depuis le début de l'année, la France s'est remise à perdre des usines avec un solde de 17 usines en moins en sept mois. C'est un revirement après trois années de hausse (stable en 2016, le nombre d'usines a progressé de 30 en 2017 et 21 en 2018). C'est ce qu'indique la dernière étude de Trendeo, publiée le 3 octobre 2019. Les industries alimentaires comptent à elles seules 15 usines de moins. L'industrie automobile a quant à elle un solde négatif moindre (-2), inférieur à celui de l'imprimerie par exemple (-3).  

Toutefois, malgré un moins grand nombre d'usines, l'industrie continue à créer des emplois, mais à un rythme moindre qu'en 2018. Le solde d'emplois devrait ainsi rester positif en 2019. Il atteint 7.797 au 20 septembre 2019. Cela fait trois ans que l'industrie recrée de l'emploi, avec un solde positif de 19.666 en 2018, 18.498 en 2017 et 2.924 en 2016. A l'inverse, jusqu'en 2015, l'industrie détruisait des emplois, la crise étant passée par là, avec un solde négatif allant jusqu'à 68.387 en moins en 2009.
Et d'après les indications de Trendeo, le ralentissement de 2019 en matière d'emplois serait principalement dû aux secteurs de l'automobile et des industries alimentaires. Les sites automobiles qui ferment emploient en moyenne plus de salariés : près de 200 emplois par site fermé dans l'automobile en moyenne, contre 45 dans l'imprimerie.

Des usines moins nombreuses et plus petites

Selon l'étude, depuis 2009, "le nombre d'emplois moyen et l'investissement moyen par usine sont en baisse, mais l'emploi moyen remonte en phase de reprise (2016-2018)". Les usines en France sont donc moins nombreuses et plus petites mais aussi plus difficiles à créer. D'après Trendeo, les emplois nouveaux sont surtout issus d'extensions de sites industriels et non de créations pures. 79% des emplois nouveaux dans des activités industrielles ont été créés dans le cadre d'une extension de site en 2019, contre 51% en 2009. A l'inverse, "les emplois créés à l'occasion de créations de sites industriels sont passés de 49% à 21%", indique le document qui conclut à de probables difficultés à créer des sites.
Des difficultés que le gouvernement souhaite limiter à travers cinq mesures, prises le 23 septembre 2019 sur la base du rapport du député Guillaume Kasbarian (voir ci-dessous notre article du 23 septembre 2019). Parmi ces chantiers : l'idée d'encourager les collectivités à mener un travail en amont pour proposer aux industries des sites "clés en main". Dans ce cadre, la délégation aux Territoires d’industrie sera chargée d’identifier d’ici la fin de l’année 2019 et en lien avec les associations d’élus, les collectivités et Business France, des sites prêts à accueillir de nouvelles implantations industrielles.

 

Les régions Paca et Occitanie accueillent plus de sites industriels qu'elles n'en perdent

Sur dix ans, les régions qui ont connu le plus grand nombre de créations de sites sont la Nouvelle-Aquitaine, avec 217 usines, les Hauts-de-France (194) et la région Grand Est (190), d'après les chiffres de Trendeo. Mais si l'on compare les créations et les suppressions, ces trois régions ne sont pas en pointe, puisqu'elles cumulent de nombreuses fermetures de sites, notamment les Hauts-de-France, avec un solde négatif de 104 usines, et la région Grand Est (-123). Cette dernière est d'ailleurs celle qui a connu le plus de pertes mais tente d'inverser la tendance. Les 2 et 3 octobre derniers, des "speed dating" ont ainsi été organisés à Metz, Reims et Strasbourg notamment, permettant aux neuf Territoires d'industrie du Grand Est de venir présenter leurs projets à la région, à l'Etat et aux opérateurs.
A l'inverse, les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Occitanie ont accueilli plus de sites industriels qu'elles n'en ont perdu avec un solde positif de 9 pour Paca et de 3 pour l'Occitanie. Il s'agit de régions qui ont peu de sites automobiles.
Enfin, l'étude donne des précisions sur la répartition des créations d'emplois : depuis 2009, 45% des emplois créés le sont par des entreprises de la même région, 29% d'entreprises d'autres régions françaises, et 22% d'entreprises étrangères. 

 

Téléchargements

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle