L'Observatoire de la laïcité remplacé par un comité interministériel plus "opérationnel"

Souvent décrié depuis l'assassinat de Samuel Paty, en octobre 2020, l'Observatoire de la laïcité va être remplacé "dans les tout prochains jours" par un "comité interministériel à la laïcité", a annoncé le gouvernement, vendredi. Ce dernier devrait reprendre les compétences de l'observatoire tout en se montrant plus opérationnel. L'enjeu : mettre en oeuvre les nouvelles dispositions de la future loi "Séparatisme" en cours d'examen, notamment en matière de formation des agents publics.

L’Observatoire de la laïcité présidé par l’ex-ministre socialiste Jean-Louis Bianco jusqu’au mois d’avril dernier va se muer en "comité interministériel à la laïcité". "Le décret de création du comité sera publié dans les tout prochains jours. Il se réunira pour la première fois le 12 juillet pour valider les premières orientations de l’action du gouvernement", a indiqué le gouvernement, vendredi 4 juin, dans un communiqué.

Plus qu’un simple toilettage, le gouvernement souhaite en faire l’instrument de mise en œuvre du projet de loi confortant les principes de la République dont l’examen reprendra le 28 juin à l’Assemblée (après l’échec de la commission mixte paritaire le 12 mai), avec une adoption définitive prévue pour la fin juillet. "Une nouvelle étape se profile sur la façon dont les administrations vont mettre en œuvre les principes de laïcité", indique-t-on au ministère de l’Intérieur. Cette "instance de coordination" sera placée sous la présidence du Premier ministre et réunira tous les ministères et administrations concernés (Intérieur, Education nationale, Fonction publique). Son secrétariat sera confié au ministère de l’Intérieur. Le comité reprendra les missions – notamment consultatives - de l’Observatoire de la laïcité sur la sellette depuis l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020. Il devrait se montrer plus opérationnel. A l’issue de la première réunion, "il appartiendra à chaque ministère de prendre les mesures adaptées, notamment en termes de formation de ses agents, pour développer les actions définies au sein du comité", précise le communiqué de Matignon.

Neutralité du service public

Le projet de loi "séparatisme" porte en grande partie sur le service public. Il impose un principe de "neutralité" aux collaborateurs de services publics au sens large (y compris les CAF, organismes HLM, chambres consulaires, Pôle emploi, missions locales et autres entreprises délégataires de service public). L’une des mesures phares est l’instauration d’un "déféré accéléré" ou "déféré laïcité" qui permettra au préfet de demander au juge la suspension d’actes des collectivités qui porteraient une "atteinte grave" à ce principe de neutralité (horaires de piscine aménagés, clauses confessionnelles dans les marchés publics...). En corollaire, le texte prévoit "l’obligation de formation aux exigences du principe de laïcité pour tout agent public et la création de référents laïcité dans toutes les administrations, notamment dans les fonctions publiques hospitalière et territoriale", rappelle Matignon. D’où la responsabilité pour chaque ministère et administration d’organiser ces formations et de nommer ces référents. Plusieurs rapports récents sont venus préciser le contenu de ces futures formations.

"Beaucoup d’agents publics indiquent ne pas toujours connaître les principes de laïcité, seulement 15% des agents publics ont été formés à ces principes", argue-t-on dans l'entourage du Premier ministre.

Alors que la ministre chargée de la citoyenneté Marlène Schiappa avait évoqué au moins de mars la création d’une instance de type "haut conseil à la laïcité", "la réflexion continue de cheminer", indique-t-on au ministère, ajoutant cependant que "la priorité est vraiment l’action de terrain".

Référence : le décret abrogeant l'Observatoire de la laïcité et instituant un comité interministériel de la laïcité placé sous la tutelle du Premier ministre est paru le lendemain de l'annonce du gouvernement, donc samedi 5 juin, au Journal officiel - décret n° 2021-716 du 4 juin 2021 instituant un comité interministériel de la laïcité.

 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle