Mesures sanitaires : des précisions pour les accueils scolaires et périscolaires

Après l'annonce de la fermeture des établissements scolaires, le gouvernement a donné des précisions concernant l'accueil des publics prioritaires, les activités périscolaires et les assistantes maternelles.

Mercredi 31 mars 2021, le président de la République annonçait la fermeture des crèches et des écoles pour trois semaines (quatre pour les collèges et les lycées) à partir de mardi 6 avril prochain… et laissait de nombreuses questions en suspens à propos de l'organisation de la vie collective des enfants jusqu'au 26 avril.

La première d'entre elles concernait l'accueil des enfants des personnels prioritaires. Cet accueil sera bien assuré "en lien avec l’Éducation nationale et les collectivités locales" tant dans les crèches que dans les établissements scolaires, a précisé le Premier ministre jeudi 1er avril devant l'Assemblée nationale. La liste de ces personnels, telle que communiquée vendredi par les académies et les collectivités, comprend notamment les enseignants et professionnels des établissements scolaires, les agents des collectivités en exercice pour assurer le service minimum d’accueil, les forces de sécurité... En sachant que chaque préfet peut identifier et prioriser les besoins d’autres personnels et transmettre la liste des enfants concernés aux recteurs.

Publics prioritaires

La deuxième question portait sur le devenir des activités périscolaires et extrascolaires durant cette période. Toujours devant les députés, Jean Castex a précisé que les établissements d'accueil de ces activités seraient bien fermés. Et le décret publié samedi matin (Localtis reviendra sur l'ensemble de ce décret dans sa prochaine édition) est venu le confirmer. Toutefois, là encore, un dispositif d’accueil des enfants des personnels prioritaires sera organisé dès la semaine prochaine. Selon nos informations, cet accueil se fera sous la houlette des préfets et, côté encadrement, sur la base du volontariat tant chez les personnels de l'Éducation nationale que des collectivités locales.

Une autre forme d'accueil "physique" est également envisagée durant la période des congés, du 10 au 24 avril, celui des enfants et adolescents "les plus défavorisés" et "notamment en milieu urbain", selon les termes du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, sur RTL, jeudi 1er avril. Pour eux, l'accueil devrait prendre la forme d'"activités de plein air avec des protocoles sanitaires stricts". En outre, Jean Castex a assuré que le gouvernement serait au côté des "familles modestes, dont les enfants n’iront plus à la cantine ou ne pourront plus bénéficier de petits déjeuners gratuits dans les écoles REP et REP+ […] pour les aider à passer cette période". Sans plus de précision pour le moment.

"Stages de réussite"

Outre la continuité pédagogique en classe virtuelle durant la semaine du 6 au 9 avril (ainsi que celle du 26 au 30 dans le secondaire), le ministère de l'Éducation nationale prévoit pour la période des congés scolaires des "stages de réussite à distance". Cette nouvelle version des "vacances apprenantes" destinée aux écoliers, collégiens et lycéens se déroulera sur la base du volontariat, tant pour les élèves que les enseignants. Des activités seront proposées sous forme de classes virtuelles, à raison de trois ou quatre modules hebdomadaires d'une durée de deux heures chacun. Plus généralement, les professeurs sont invités à proposer aux élèves un programme d'activités physiques et de jeux ainsi qu'un parcours de découverte culturelle.

Enfin, dans le domaine de la petite enfance, la dernière interrogation liée aux nouvelles restrictions concernait les assistantes maternelles. La décision a finalement été prise vendredi en fin d'après-midi de les laisser exercer leur activité, comme lors du confinement du printemps 2020. Les quelque 280.000 assistantes maternelles de France avaient alors été autorisées à accueillir jusqu'à six enfants au lieu de quatre habituellement. Dans un communiqué, le secrétariat d'État précise cependant que "le gouvernement recommande aux parents, dans un esprit de responsabilité collective, de ne pas recourir à ce système de garde, sauf en cas d'absolue nécessité, afin de tout faire pour freiner la circulation du virus". Cependant, "en cas d'accueil ne pouvant être évité, un protocole sanitaire renforcé sera mis en place et communiqué aux professionnels dans les tout prochains jours. Dans ces conditions et compte tenu de la forte réduction attendue du nombre d'enfants accueillis par chaque professionnel pour les prochaines semaines, le gouvernement a décidé de ne pas suspendre ce mode d'accueil", explique le communiqué. Comme lors du premier confinement, "afin de compenser les heures non effectuées, les assistants maternels pourront bénéficier d'un dispositif d'activité partielle pendant la période", poursuit le gouvernement.