Anne Lenormand avec AFP

Environnement - Nouveaux épisodes de pollution de l'air dans le Nord et l'Ouest de la France

Environnement

Energie

L'absence de vent et le beau temps favorisent la pollution aux poussières en empêchant leur dispersion et plusieurs régions et départements du Nord et de l'Ouest de la France ont été affectés par des épisodes de pollution atmosphérique ce 9 septembre, selon les organismes régionaux de surveillance de la qualité de l'air concernés. L'Ile-de-France, la Normandie, le Nord-Pas-de-Calais et le Finistère ont ainsi fait l'objet d'avis de pollution atmosphérique, sans atteindre cependant le niveau d'alerte fixé à 80 microgrammes par mètre cube en moyenne glissante sur 24 heures. Lorsque la pollution dépasse les 50 microgrammes par mètre cube, il est cependant recommandé aux personnes sensibles (jeunes enfants, personnes âgées, asthmatiques ou allergiques, insuffisants cardiaques ou respiratoires) d'éviter toute activité sportive ou physique. L'utilisation des transports en commun et le covoiturage sont par ailleurs à privilégier et il est recommandé de diminuer la vitesse de son véhicule de 20km/h.
En Ile-de-France, la pollution atmosphérique était ce 9 septembre de 75 microgrammes par mètre cube à Paris, tandis que le vent de nord à nord-est est modéré, selon AirParif, qui prévoit une légère amélioration mercredi 10 septembre. Les cinq départements normands ont également été affectés par une pollution aux poussières en suspension, selon un bulletin d'Air Normand, indiquant qu'une amélioration était possible dans la journée.
Dans le Nord-Pas-de-Calais, les concentrations de poussières en suspension ont aussi dépassé le niveau réglementaire de 50 microgrammes par mètre cube et cela depuis vendredi 5 septembre, selon Atmo Nord/Pas-de-Calais. La région avait été placée en alerte le lendemain. Dans le Finistère, la préfecture a également fait état d'un dépassement du seuil d'information et de recommandation à Brest notamment, relayant un communiqué d'Air Breizh.
En mars dernier, une trentaine de départements avaient été touchés par un épisode de forte pollution. Des mesures d'urgence avaient alors été prises comme la gratuité des transports en commun dans plusieurs grandes agglomérations et la limitation de la vitesse sur les routes. Localement, la mise en place des plans de protection de l'atmosphère (PPA) s'est poursuivie ces derniers mois. Récemment, deux nouveaux PPA ont été validés à Orléans le 5 août et en Martinique le 21 août. Ils viennent compléter les 18 autres PPA déjà signés.
 

Haut de page