Investissements / Jeunesse - Où en est la mise en oeuvre du PIA jeunesse ?

Citoyenneté et services au public

Emploi

Organisation territoriale, élus et institutions

Politique de la ville

Social

Les financements liés à l'action "Projets innovants en faveur de la jeunesse" du programme d'investissements d'avenir (PIA) ont donné lieu à trois types de projets : des expérimentations territoriales pour la mise en place de politiques jeunesse, des projets socialement innovants dans le cadre de "La France s'engage" et la labellisation "Grande Ecole du numérique" de centres de formation.

La mise en œuvre de l'action "Projets innovants en faveur de la jeunesse" du programme d'investissements d'avenir (PIA) touche à sa fin. La convention entre l'Etat et l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), dans une version actualisée, a été publiée au Journal officiel du 24 décembre 2016. L'occasion de faire le point sur les trois volets de l'action : les expérimentations territoriales destinées à faire émerger des politiques jeunesse, l'initiative "La France s'engage" et la démarche de labellisation "Grande école du numérique".
Clos à la fin du mois de juin 2016, l'appel à projets territoriaux innovants piloté par l'Anru a fait l'objet de 69 candidatures, parmi lesquelles 16 ont été retenues. Pour "faire émerger une politique spécifique, dédiée à la jeunesse, à travers des approches globales et intégrées sur les territoires", les propositions devaient prévoir un "partenariat étroit entre les différents acteurs - structures publiques et privées -", une "participation active des jeunes", un "diagnostic de territoire élargi et fourni" et un "projet de territoire portant sur un bassin de vie impliquant un plan d'actions multithématiques", nous rappelle Isabelle Defrance, responsable du bureau des politiques de jeunesse (direction de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative ) au ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

16 projets et 54 millions d'euros pour structurer des politiques jeunesse

Parmi les 16 projets retenus, beaucoup "concernent la création d'instances de gouvernance et de débat en direction et avec les jeunes, une aide à l'orientation ou une centralisation de l'information jeunesse", ajoute Isabelle Defrance à Localtis. "On trouve également des actions qui associent par exemple mobilité et citoyenneté, en offrant des heures de leçon de conduite en échange d'engagement citoyen auprès d'une association." Les thématiques abordées sont nombreuses (éducation, logement, mobilité, accès à la culture…), avec une attention particulière portée à l'insertion professionnelle. Le projet porté par Valenciennes Métropole se concentre pour cela sur trois enjeux : la lutte contre le décrochage scolaire, l'orientation et les liens avec les entreprises et la mobilité.
Parmi les neuf derniers projets sélectionnés en juillet 2016, plusieurs concernent une agglomération - métropole de Lille, Grand Verdun, Val de Garonne Agglomération -, l'un est conduit à l'échelle de trois quartiers des Bouches-du-Rhône, un autre encore toute l'île de la Réunion. 
Chaque groupement d'acteurs - porté par des associations en lien avec une collectivité locale ou par des collectivités à l'échelle intercommunale - a bénéficié d'un financement d'au moins deux millions d'euros. En tout, une enveloppe de 54 millions d'euros a été engagée.

Une fondation "La France s'engage" voulue par François Hollande

Le forum "La France s'engage" du 15 janvier 2016 a été l'occasion pour le président de la République de faire le point sur l'appel à projets socialement innovants dont il avait été à l'initiative en 2014 (voir notre article du 24 juin 2014) et qui constitue la deuxième composante du PIA jeunesse. "'La France s'engage' a suscité 3.500 projets et, tous les six mois, il a fallu choisir entre 700 dossiers", s'est félicité François Hollande. La démarche aurait mobilisé en outre "11.000 bénévoles, près de 600 jeunes en service civique" et bénéficié indirectement à près de 3 millions de personnes dans des domaines divers - aide aux plus démunis et accès aux droits, éducation, culture…
Les six sessions ont permis de désigner 93 projets lauréats ; ces derniers ont été soutenus par des subventions allant de 100.000 à 750.000 euros, selon Malika Kacimi, cheffe de la mission d'animation du fonds d'expérimentation pour la jeunesse (DJEPVA-INJEP) au ministère de la Jeunesse. Pour les cinq premières sessions, 32 millions d'euros auraient été engagés (1). "Par ailleurs, des crédits sont également mobilisés d'une part, pour l'accompagnement des projets par un pool de sept structures accompagnatrices et d'autre part, pour l'évaluation du dispositif", explique Malika Kacimi. Un rapport final d'évaluation devrait être finalisé d'ici la fin du mois de mars.
Pour assurer la pérennité de son "chantier présidentiel" et continuer à mobiliser des fonds publics et privés destinés au bénéfice d'initiatives citoyennes innovantes, François Hollande a lancé le 15 janvier un appel à créer une fondation "La France s'engage".

Formations aux métiers du numérique : 5.000 bénéficiaires   

Quant au label "Grande Ecole du numérique", troisième composante du PIA jeunesse, il a d'ores et déjà été attribué à 225 formations, au bénéfice de 5.000 personnes, selon le groupement d'intérêt public désormais en charge de ce dossier. L'objectif fixé était de former 10.000 personnes - dont des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville, 50% de jeunes peu ou pas qualifiés, ni en emploi, ni en formation et 30% de femmes - aux métiers du numérique d'ici 2017.
A l'issue de la première session - une enveloppe de 5 millions d'euros avait été engagée au bénéfice de 93 centres et de 171 formations (voir notre article du 5 février 2016) -, 2,4 millions d'euros sur les 10 millions prévus pour la deuxième session sont dédiés à 54 formations supplémentaires. Les porteurs de projets ont encore jusqu'au 24 février 2017 pour candidater à l'appel à labellisation.

Caroline Megglé

(1) La contribution du PIA prévue pour l'initiative "La France s'engage" était de 25 millions d'euros en deux tranches (10 et 15 millions d'euros), 25 autres millions dans le cadre du FEJ - dont la contribution du groupe Total - figuraient également au budget initial de l'appel à projets.  

Accompagnement pour l'élaboration d'une stratégie territoriale

Accompagner l’élaboration d’un plan d’action territorial pour transformer vos ambitions en projets durables.

Haut de page