Tourisme - Paris bat son record de nuitées hôtelières, mais l'Ile-de-France manque de chambres

L'Office du tourisme et des congrès de Paris (OTCP) a annoncé, le 28 février, que la capitale avait battu en 2012 son record de fréquentation hôtelière. On savait déjà par la récente étude du cabinet Price Waterhouse Coopers (PWC) que les résultats 2012 et les perspectives 2013 de l'hôtellerie parisienne la classaient, en termes de résultats économiques, au cinquième rang de la vingtaine de villes européennes étudiées par PWC (voir notre article ci-contre du 21 janvier 2013).
Pour sa part, le bilan annuel de l'OTCP s'attache essentiellement à la fréquentation. Avec 15,68 millions d'arrivées et 36,91 millions de nuitées, Paris bat son précédent record de 2011 (voir notre article ci-contre du 24 février 2012). La progression est certes modeste (respectivement +0,2% et +0,1%), mais elle relève de l'exploit dans un climat que l'office qualifie pudiquement de "contrasté".
Cette progression recouvre de forts écarts selon les origines géographiques. Ainsi, la clientèle française recule nettement, avec -2,7% pour les arrivées (6,99 millions) et -4,6% pour les nuitées (12,97 millions), conséquence de la crise économique et de la baisse consécutive du tourisme d'affaires. La clientèle européenne est également à la traîne, avec respectivement -1,8% et -2,3% (8,68 et 23,93 millions). Mais ces reculs sont compensés par le dynamisme du reste du monde. Les Américains sont de retour en masse, avec +11,2% sur les arrivées (1,39 million) et +11,7% sur les nuitées (4,04 millions). Plus largement, les Amériques (nord et sud) progressent de 8,0% et 8,5%. L'Asie-Océanie poursuit sur sa lancée, avec respectivement +8,7% d'arrivées et +9,0% de nuitées, notamment sous l'effet du dynamisme des arrivées chinoises (+14,8%) et japonaises (+7,2%). Ces évolutions permettent aux hôtels parisiens d'atteindre un taux d'occupation de 79,6% (+0,1 point). Autre bonne nouvelle : l'OTCP estime que "malgré quelques incertitudes sur le tourisme d'affaires, les prévisions de croissance pour 2013 restent optimistes".
Si cette tendance positive se poursuit durablement, elle devrait se heurter rapidement à un obstacle : le manque de capacités hôtelières. Une étude réalisée par la chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Paris Ile-de-France et par le comité régional du tourisme rappelle en effet que l'Ile-de-France, avec 145.000 chambres réparties dans 6.050 hôtels, offre la capacité d'accueil la plus importante d'Europe. Mais "cette offre pourrait cependant ne pas être suffisante à l'horizon 2020 pour faire face à une demande croissante". La capacité actuelle pourrait suffire en vitesse de croisière, mais devrait se révéler insuffisante à l'occasion de grands événements (grands congrès internationaux, événements sportifs d'envergure...). L'échec de la candidature française aux Jeux olympiques - qui aurait dû pousser à la création de capacités supplémentaires - fait aujourd'hui sentir ses conséquences. La CCI et le CRT estiment ainsi que la capacité à créer à l'horizon 2020 est de l'ordre de 20 à 30.000 chambres, dont 7.000 à Paris.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle