Plan de relance en outre-mer : le montant prévu d'1,5 milliard d'euros revu à la hausse

L'enveloppe dédiée au plan de relance en outre-mer dépasse les 1,5 milliard d'euros prévus initialement par le gouvernement. Les premiers bénéficiaires en sont les salariés et demandeurs d'emploi. La déclinaison territoriale s'engage, avec la signature mi-décembre de l'accord entre l'État et la Guadeloupe. D'autres accords, dont celui de La Réunion, de la Martinique et de la Guyane, devraient suivre d'ici mi-février.

Le gouvernement avait initialement prévu une enveloppe de 1,5 milliard d'euros pour l'outre-mer dans le cadre du plan de relance. Mais ce montant est déjà dépassé : 1,8 milliard d'euros est ainsi mentionné dans le document du ministère de l'Intérieur faisant le point sur la mise en oeuvre de France Relance en outre-mer, publié le 26 janvier 2021.
Le volet cohésion sociale et territoriale est le plus conséquent avec 970 millions d'euros. Il prévoit notamment 500 millions d'euros pour le soutien à l'emploi et à la formation (20.000 contrats CIE/PEC jeunes, prime à l'apprentissage, aide à l'embauche, services civiques…). Le plan "1 jeune 1 solution" a notamment permis, malgré la crise, la création entre août et novembre 2020 de 20.093 emplois en CDI et CDD de plus de trois mois pour les moins de 26 ans. "C'est plus que la même période en 2019 (17.043 emplois pour les jeunes) ou en 2018 (17.390)", précise le ministère.
Sur ce même volet, 200 millions d'euros de soutien aux collectivités territoriales (garantie de recette, dotation de soutien à l'investissement local-DSIL verte) et 20 millions pour l'accélération des contrats de convergence et de transformation sont aussi prévus. Autres actions financées : le Ségur de la santé (120 millions d'euros), la rénovation des routes (50 millions), l'allocation de rentrée scolaire (25 millions), et l'accélération du déploiement numérique (23 millions).

1.000 euros de plus de bonus écologique automobile 

430 millions d'euros sont consacrés au volet verdissement du plan de relance en outre-mer, dont 210 millions d'euros pour la rénovation thermique des bâtiments (160 millions pour les bâtiments d'État avec 237 projets retenus, 50 millions pour ceux des collectivités territoriales), 80 millions pour la modernisation agricole, 50 millions pour les réseaux d'eau, 50 millions pour le plan Séisme Antilles et 40 millions pour la biodiversité.
Au total, 3.262 bonus écologiques et primes à la conversion ont été versés en outre-mer au 31 décembre 2020. Le bonus écologique automobile vient d'être augmenté, comme l'ont annoncé le 20 janvier Sébastien Lecornu, ministre des Outre-Mer, et Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux transports, afin de prendre en compte les prix plus élevés sur place, lutter contre le changement climatique et favoriser la transition énergétique des transports routiers de voyageurs. Pour l'achat ou la location d'un véhicule électrique, hydrogène ou hybride rechargeable, les particuliers, les entreprises et les collectivités d'outre-mer vont ainsi bénéficier de 1.000 euros de plus que les acheteurs et loueurs de métropole.

135 millions d'euros pour l'accord signé entre l'État et la Guadeloupe

Sur le volet compétitivité, 410 millions sont prévus, dont une bonne partie (280 millions) au travers des baisses des impôts de production. Dans le domaine industriel, huit premiers projets lauréats, situés en Guadeloupe, Martinique, Guyane et à La Réunion ont été annoncés le 18 décembre 2020, représentant plus de 5,7 millions d'euros de subventions mobilisées via le plan pour un total de plus de 26,2 millions d'euros d'investissements productifs. Objectifs : permettre aux entreprises de diversifier leur activité, moderniser leurs procédés de fabrication, et d'accélérer la transition écologique.

Les salariés et demandeurs d'emploi : premiers bénéficiaires

D'après le document, le plan bénéficie en priorité aux salariés et demandeurs d'emploi (500 millions d'euros). Viennent ensuite les artisans et acteurs du BTP (350 millions), les entreprises industrielles (345 millions) et les collectivités (300 millions).
Ces sommes s'ajoutent à d'autres dispositifs, comme le "React-UE" en outre-mer, le programme européen d'aide à la relance économique, les mesures d'urgence économique qui ont été mises en œuvre dès 2020, à hauteur de 5 milliards d'euros (dont 3,2 milliards de prêts garantis par l'État-PGE et 500 millions pour le chômage partiel) et la mobilisation renforcée des dispositifs de droit commun. Ces sommes sont aussi complétées par les abondements apportés par les collectivités locales dans le cadre des accords de relance territoriaux. Ainsi, la Guadeloupe et l'État ont signé un accord le 18 décembre 2020, dans lequel le conseil régional s'engage à hauteur de 70 millions d'euros, et l'État à hauteur de 135 millions. "Cela devrait être fait d'ici mi-février pour La Réunion, la Guyane, Mayotte, la Martinique, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy et Saint-Martin", indique-t-on au ministère des Outre-Mer.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle