Habitat - Plan Grand Froid : des annonces qui ne convainquent pas les associations

Le 18 octobre, à l'occasion d'un déplacement dans un centre d'hébergement de l'Armée du salut à Lyon, Cécile Duflot a lancé la mobilisation générale pour l'hébergement des personnes SDF durant la période hivernale. Contrairement à ce qui était annoncé dans le communiqué de presse présentant le déplacement ministériel, le plan Grand Froid 2012-2013 entrera bien en vigueur, comme chaque année, le 1er novembre. Mais la ministre du Logement a affirmé que "tout le monde est en situation pour que les ouvertures de places se fassent le plus rapidement possible, et pas en fonction de la température extérieure". Près de 19.000 places supplémentaires devraient ainsi pouvoir être mobilisées.

"Arrêter la gestion au thermomètre"

La ministre entend en effet "arrêter [...] la gestion au thermomètre des places d'hébergement, parce que ça n'est pas acceptable dans un pays comme le nôtre". Elle a également insisté sur la nécessité de disposer "des moyens de pouvoir héberger dans de bonnes conditions, c'est-à-dire ne pas recourir de façon massive à des hôtels, ce qui permet aussi une économie de moyens".
Tout en reconnaissant que "les besoins sont immenses", Cécile Duflot a néanmoins rappelé que la France se trouve "dans une situation budgétaire extrêmement contrainte". Elle n'a donc pas annoncé de mesures nouvelles, mais est revenue sur l'enveloppe de 50 millions d'euros pour le logement des sans-abri annoncée le 20 septembre dernier. Elle a également indiqué que les dépenses consacrées au budget de l'hébergement progresseront de 13% dans le budget 2013. Enfin, une circulaire conjointe de Cécile Duflot et de Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, doit prochainement protéger les bénéficiaires du Dalo (droit au logement opposable) contre le risque d'expulsion.

"Un problème de crédibilité" pour les associations

Les premières réactions des associations sont très mitigées. Elles dénoncent notamment "un problème de crédibilité". Selon elles, le budget de l'hébergement majoré de 30% serait supérieur à celui du projet de loi de finances pour 2012, mais équivalent au budget réalisé en 2012. Pour la Fondation Abbé-Pierre, "l'inflexion va dans le bon sens, mais on a l'impression qu'il n'y a pas d'engagement financier et collectif de la part du gouvernement". De son côté, le Secours catholique juge que "les propositions de la ministre ne sont pas à la hauteur de la crise humanitaire". Selon l'association caritative, "on demande depuis des années une sortie de la logique saisonnière, or dans le discours de la ministre, on a un nouveau plan hivernal avec 18.000 places mobilisables, sans aucune garantie réelle de sortie vers le haut pour ces personnes". 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle