Localtis

Projet de loi Économie circulaire : l'AMF défend le réemploi des emballages au niveau local

Publié le
par
Anne Lenormand / Localtis
dans

Environnement

France

Dans un communiqué diffusé ce 7 octobre, l'Association des maires de France (AMF) s'oppose au dispositif de la consigne défendu par le gouvernement dans le projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire. Pour répondre à l'objectif de réduction des déchets, elle préfère défendre le principe des emballages réutilisables - verre ou métal – pour les aliments et les produits d'hygiène.

Oui au réemploi des emballages, non au "projet gouvernemental de privatisation de la collecte des plastiques au profit des producteurs et distributeurs qui n'est en rien une consigne" : dans un communiqué diffusé ce 7 octobre, l'Association des maires de France (AMF) fustige l'une des mesures phares du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire. En adoptant le texte en première lecture le 27 septembre, le Sénat a déjà massivement rejeté la consigne pour recyclage des bouteilles en plastique. Mais lors des 15es Assises des déchets qui se sont tenues à Nantes ce 3 octobre, Brune Poirson, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique, a une nouvelle fois ardemment défendu cette mesure, qui permet de répondre selon elle au problème posé par les sept milliards de bouteilles plastiques et de canettes non recyclées chaque année en France.

Risque de fragilisation de la collecte publique

Mais pour l'AMF, le projet préconisé par le gouvernement, "dont le coût est supporté par le consommateur, fragilise inutilement la collecte publique et ne répond pas au véritable enjeu : la baisse des emballages jetables et l'augmentation du réemploi". "Cette déstabilisation du service public générera des pertes financières qui ne pourront être compensées que par l'augmentation de la fiscalité des déchets payée par les contribuables", relève l'association, qui fait valoir que la collecte sélective et le système de recyclage porté par les collectivités en France ont permis de collecter autant que les pays européens qui ont adopté la collecte privée. 

Démarche d'économie circulaire au niveau local

Afin de lutter contre le gaspillage des ressources et de répondre à l'objectif de réduction des déchets, l'AMF défend le principe des emballages réutilisables – verre ou métal – pour les aliments ou les produits d'hygiène. Elle soutient dans cette optique "un dispositif fondé sur des circuits de distribution locaux, mis en place par des producteurs locaux et qui nécessite une relation directe entre le producteur et le consommateur." "Ce dernier retourne l'emballage usagé au producteur du produit afin de permettre un nouveau remplissage, dans une démarche d'économie circulaire", précise-t-elle. "C'est une relation de proximité qui ne peut être organisée que par les producteurs qui le souhaitent que pour des produits consommés localement et avec l'appui des collectivités", ajoute-t-elle. L'AMF annonce qu'elle prendra "rapidement" des "initiatives visant à mobiliser les acteurs locaux pour développer des projets de réemploi locaux."
 

Haut de page