Localtis

Mobilité - Réforme du stationnement sur voirie : le Gart prêt à épauler les villes moyennes

Publié le
par
Anne Lenormand
dans

Organisation territoriale, élus et institutions

Lors de la cérémonie de vœux du Groupement des autorités responsables de transport (Gart), le 11 janvier, son président, Louis Nègre, a fait un point sur la décentralisation du stationnement payant sur voirie qui va concerner 800 villes. Ardemment défendue pendant des années par l'association, elle a été inscrite dans la loi Maptam du 27 janvier 2014 et sera mise en œuvre au 1er janvier 2018.
Aux côtés d'autres associations d'élus (Assemblée des communautés de France – ADCF et France Urbaine, notamment), le Gart a travaillé en 2016 avec la Mission interministérielle pour la décentralisation du stationnement à la finalisation du dispositif réglementaire et à la communication sur la réforme. Il a aussi tenu de nombreuses réunions pédagogiques en région, de sa propre initiative (à Marseille, Rennes, Metz, Annecy, etc.) ou à la demande de collectivités (Angoulême, Montpellier, Laval, Valence et Romans…), a relaté Louis Nègre. Il a également conduit une étude et organisé un colloque sur la dépénalisation du stationnement en Europe.

Les métropoles bien avancées

"Globalement, la situation apparaît aujourd'hui plutôt positive avec néanmoins quelques contrastes", a souligné le président du Gart. Points positifs selon lui : "le dispositif légal et réglementaire est robuste", "les industriels du secteur du stationnement (matériels et délégataires potentiels) ainsi que les services de l'Etat sont prêts". "Les grandes métropoles sont également très engagées dans le soutien de la réforme et seront prêtes pour l'appliquer", estime-t-il, citant le travail "remarquable" accompli par Paris, Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux, Nice, Metz et de nombreuses autres villes. Par contre, estime le président du Gart, "un certain nombre de villes moyennes appréhendent moins facilement les mesures à prendre de façon urgente pour être prêtes le 1er janvier 2018", l'engagement des métropoles étant tel qu'il ne faudra pas compter sur un nouveau délai pour la mise en œuvre, a-t-il prévenu. "Nul ne pourra se permettre de ne pas être prêt, sauf à voir l'intégralité de son stationnement payant se transformer automatiquement en zone bleue ou en zone gratuite après le 1er janvier 2018", a souligné le président du Gart.
L'association est disposée à répondre à toutes les demandes et sollicitations pour préparer cette échéance. Elle a aussi réclamé à l'Etat d'accélérer le lancement de la campagne de communication prévue sur le sujet. Présent lors de la cérémonie de vœux du Gart, Alain Vidalies s'est dit prêt à avancer et à approfondir cet effort de communication.

2017, année de la mise en oeuvre des transferts de compétences dans les transports

Le secrétaire d'Etat aux Transports a par ailleurs évoqué d'autres dossiers majeurs issus de la réforme territoriale. 2017 est ainsi l'année de mise en œuvre des transferts de compétences entre départements et régions pour l'organisation des transports non urbains et scolaires. L'évolution de la carte de l'intercommunalité entraînera aussi nécessairement des évolutions des réseaux de transport". Concernant le troisième appel à projets "transports collectifs et mobilité durable" lancé en 2013 et à l'issue duquel 99 projets ont été sélectionnés pour bénéficier de subventions de l'Etat, Alain Vidalies a annoncé qu'il autorisait le décalage d'un an de la date limite de démarrage des travaux des opérations retenues, qui passe ainsi de fin 2017 à fin 2018. Il a également rappelé que le fonds de soutien à l'investissement local mis en place en 2016 et géré par les préfets de région constituait "une source de financement potentiel pour certains projets relevant de la mobilité durable qui sera encore mobilisable cette année.

Haut de page