Localtis

Services publics locaux : une cote d'amour élevée chez les Français

Publié le
par
Thomas Beurey / Projets publics
dans

Fonction publique

Organisation territoriale, élus et institutions

Les Français plébiscitent les services publics locaux et expriment à une large majorité un jugement positif sur le travail des agents territoriaux, selon un sondage de l'Ifop pour la Mutuelle nationale territoriale (MNT), Smacl assurances et le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT). Les responsables de ces organismes en ont présenté les résultats, le 15 mars.

Les Français plébiscitent les services publics locaux et expriment à une large majorité un jugement positif sur le travail des agents territoriaux, selon un sondage de l'Ifop pour la Mutuelle nationale territoriale (MNT), Smacl assurances et le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT).
Plus de huit Français sur dix se disent attachés aux services publics de proximité assurés par les collectivités locales, par exemple en matière de propreté, d'environnement, de sécurité, ou s'agissant des personnes âgées, révèle ce sondage réalisé en février, selon la méthode des quotas, auprès de plus de 4.000 personnes de 18 ans et plus. Ces services sont "utiles", considèrent les répondants dans des proportions variant entre 85% et 95% selon les domaines. Les scores les plus élevés sont recueillis "en Ile-de-France", "chez les cadres supérieurs et les professions libérales", ainsi que "chez les salariés de 35 à 49 ans", a précisé Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop.
Les attentes des Français à l'égard des services publics locaux ne semblent pas déçues, puisque 67% d'entre eux jugent ces services "de qualité".

Des agents "compétents" et "efficaces" pour les deux tiers des Français

Partagée aussi bien par les sympathisants de droite que ceux de gauche, cette appréciation très positive en faveur des services gérés par les collectivités rejaillit positivement sur l'opinion à l'égard des agents territoriaux. 66% des personnes interrogées ont "une bonne image" de ces agents, les scores les plus élevés étant atteints parmi "les classes moyennes". Dans le détail, les agents communaux bénéficient d'une bonne image auprès des trois quarts des Français. Un niveau de popularité que n'atteignent pas les agents intercommunaux (67%), départementaux (60%) et régionaux (59%). Les Français sont satisfaits du travail de ces agents (toutes collectivités confondues), qu'ils trouvent utiles à 83%, compétents à 68% et efficaces à 62%. Les Français estiment aussi que les agents territoriaux facilitent leur vie au quotidien (66%) et qu'ils ont le sens du service (64%).
Attachés aux services publics de proximité, les Français ne souhaitent pas voir ceux-ci se réduire. Seuls 16% d'entre eux sont d'accord avec cette proposition. Les 84% restants veulent leur maintien (34%), ou leur développement (50%). Les "femmes, les classes moyennes et les personnes de moins de 35 ans" adhèrent le plus à cette idée. Mais une minorité de ceux qui y souscrivent sont prêts à payer davantage d'impôts locaux pour financer les services publics locaux. 38% veulent bien en payer "un peu plus" et 5% "beaucoup plus".
Questionnées sur l'hypothèse d'un transfert de la gestion des services publics des collectivités locales vers le secteur privé, 70% des personnes sont favorables à un transfert "minoritaire ou nul". Philippe Laurent, président du CSFPT, en a déduit que les Français "sont attachés à un modèle de société où les fonctions collectives sont assurées par les services publics".

Innovation: les collectivités peuvent mieux faire

"On a un décalage total entre les discours qui sont tenus au niveau national et la perception qu'ont les habitants de l'évolution des services publics", a encore affirmé le maire de Sceaux. Qui, depuis plusieurs mois, critique les candidats à l'Elysée faisant campagne sur le thème de la réduction, parfois massive, du nombre des agents publics.
"Les candidats à l'élection présidentielle - et ceux qui les entourent - considèrent les agents publics et les fonctionnaires d'abord comme une dépense", a dit Philippe Laurent. "Nous, les élus locaux, a-t-il ajouté, nous les considérons comme une capacité à offrir un service pour améliorer la vie des gens."
Le sondage révèle toutefois qu'une faible majorité (51%) des Français considèrent les services publics comme "bien gérés", en sachant que les réponses diffèrent de 15 points entre les sympathisants de droite et ceux de gauche. Autre "point noir", selon Frédéric Dabi : 43% des Français seulement estiment que les services locaux sont "innovants". Malgré une bonne appréciation en général, les collectivités locales ont donc encore des progrès à faire.

Haut de page