Localtis
Caroline Megglé pour Localtis

Soutien aux associations dans les quartiers prioritaires : les 44 projets de "réussite républicaine" sont dévoilés

Associations

Politique de la ville

Portés principalement par de grandes associations ou des fédérations en lien avec des partenaires locaux, 44 projets lauréats de l'appel à manifestation d'intérêt lancé en février ont été dévoilés ce 26 avril 2019 par Julien Denormandie. Objectif : déployer dans des quartiers prioritaires, en lien avec les associations locales, des actions ayant fait leurs preuves ailleurs. Avec 45 millions d'euros sur trois ans, le ministère espère structurer ce tissu associatif selon des modalités "républicaines". Un deuxième volet du plan, voulu par le président de la République, vise à simplifier l'accès au financement des petites associations.

"Je veux que le gouvernement bâtisse une politique beaucoup plus ambitieuse pour accompagner nos associations, en particulier les plus petites associations, dans le travail formidable qu’elles font", a déclaré le président de la République le 25 avril, lors de son allocution devant la presse suite au Grand Débat national (voir notre article de ce jour). À Evry-Courcouronnes (Essonne) le 4 février, lors d'une séquence du Grand Débat centrée sur les banlieues, Emmanuel Macron avait déjà annoncé un "grand plan" pour les petites associations, reconnaissant l'étendue du problème posé par la suppression de la majeure partie des contrats aidés.

45 millions d'euros pendant trois ans pour l'"équipe de réussite républicaine"

Ce plan s'était d'abord matérialisé par le lancement d'un appel à manifestation d'intérêt (AMI) destiné à permettre le "changement d'échelle" de certaines associations dans les quartiers de la politique de la ville (voir ci-dessous notre article du 19 février 2019). Doté de 15 millions d'euros par an pendant trois ans, soit 45 millions d'euros, cet AMI aurait suscité quelques 350 candidatures. Désignées par un jury composé de représentants des ministères concernés ou leurs opérateurs - Cohésion des territoire, Éducation nationale et Jeunesse, Travail avec la démarche 100% Inclusion, Transition écologique et solidaire avec French impact - et la BPI, les 44 associations "lauréates" ont été dévoilées ce 26 avril par Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement. Parmi elles : de grandes associations ou fédérations - Fédération des centres sociaux et socioculturels de France, France médiation, France parrainages, l'Adie, le réseau des Régies de quartier, Unis cité, Nos quartiers ont du talent… -, ou encore plusieurs associations déjà soutenues par l'État notamment dans le cadre de la démarche "French impact" - Article 1, Baluchon, Mozaïc RH, Voisin malin.

En termes de territoires, une attention particulière a été portée aux projets visant à s'implanter à Marseille et en outre-mer. 44 lauréats, soit une enveloppe moyenne de 340.000 euros par projet. Progressif et variable selon les projets, ce soutien portera sur l'ingénierie et la professionnalisation, avec le souci d'éviter les "crises de croissance", précise Julien Denormandie. Pour le ministère, le développement et l'essaimage devront se faire dans le cadre de partenariats et de transferts de compétences avec le tissu associatif local. Il s'agit selon lui d'éviter le "parachutage", en travaillant avec les associations déjà implantées et les élus locaux.

L'opération vise bien à s'appuyer sur cette quarantaine d'acteurs pour structurer la vie associative, à permettre aux structures opérant de façon "républicaine" d'occuper le terrain. "Une équipe de réussite républicaine", selon les mots du ministère. Il s'agit de "fédérer un réseau d’associations œuvrant pour la réussite républicaine des jeunes des quartiers", a twitté Julien Denormandie (la liste des lauréats y figure), alors que le chef de l'État avait réaffirmé la veille sa détermination à "fermer" les associations, les écoles et les établissements culturels ne "[respectant] pas les lois de la République".

Conventionnements pluriannuels avec les associations : passer de 8% à 35% d'ici 2020 

En dehors de cette démarche, le ministère fait valoir un deuxième volet du "plan" qui concernera cette fois très directement les petites associations. L'objectif est en particulier de leur donner de la visibilité en matière de financement, en passant plus souvent par des conventionnements pluriannuels pour les subventions attribuées. Une pluriannualité qui ne concernerait aujourd'hui que 8% des 137 millions d'euros attribués par le ministère de la Ville aux associations de proximité dans le cadre des contrats de ville ; il s'agirait de passer au moins à 35% d'ici 2020.

Pour alléger les démarches liées aux demandes de financement, d'autres pistes sont actuellement discutées lors de rencontres entre le ministère et des associations de quartier. Ce suivi s'effectue en lien avec la réflexion plus globale du ministère sur la rénovation des contrats de ville (voir notre article du 1er février 2019). Un "plan d'ensemble" pour ces associations de proximité serait présenté avant l'été.

Des moyens supplémentaires ont par ailleurs été récemment débloqués : 19 millions d'euros pour financer 1.000 postes d'adultes-relais supplémentaires – qui passent ainsi de 4.000 à 5.000 – et 7 millions d'euros destinés à la création de postes Fonjep (fonds de coopération de la jeunesse et de l'éducation populaire). Une circulaire a été diffusée le 8 février 2019 à ce sujet. Les conditions d'accès aux emplois francs ont également été élargies par un décret publié ce jour au Journal officiel ; le prolongement de l'aide est autorisé en cas de renouvellement du contrat, jusqu'à une durée totale de 2 ans en CDD et de trois ans en cas de passage en CDI. 

Haut de page