Localtis

Stratégie Pauvreté : première signature conjointe d'une convention avec un département et une métropole

Publié le
par
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis
dans

Social

Organisation territoriale, élus et institutions

Emploi

Jeunesse, éducation et formation

Haute-Garonne

Toulouse Métropole et le département de Haute-Garonne annoncent la signature conjointe de conventions d’appui à la lutte contre la pauvreté́ et d’accès à l’emploi avec le préfet du département.

Deux mois après les premières signatures avec le Nord et le Bas-Rhin (voir notre article ci-dessous du 9 janvier 2019), une quinzaine de départements ont déjà signé avec l'État une convention d’appui à la lutte contre la pauvreté́ et d’accès à l’emploi (voir nos articles ci-dessous des 21 février et 7 mars 2019). L'objectif reste de contractualiser avec la quasi-totalité des départements d'ici à la fin du moins de juin.

La démarche connaît aujourd'hui une avancée significative avec l'engagement conjoint d'une métropole et d'un département. Dans un communiqué commun du 1er avril, Christelle Dubos, la secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole (et accessoirement président de France urbaine), et Georges Méric, le président du conseil départemental de la Haute-Garonne, annoncent la signature de deux conventions avec le préfet de la Haute-Garonne. Si les conventions sont distinctes pour des raisons juridiques, la démarche est bien conjointe. De son côté, l'État apporte un financement de 1,4 million d'euros dès 2019 au département et d'un million d'euros pour la métropole. En contrepartie - et conformément aux priorités arrêtées par le Premier ministre (voir notre article ci-dessous du 21 février 2019) -, le département s'engage notamment à renforcer l'accompagnement des sorties de l'ASE, à financer la prise en charge des enfants et des familles à la rue grâce à des "maraudes mixtes" (voir notre article ci-dessous du 2 avril 2019), à renforcer le "premier accueil social de proximité" grâce à la création de sept maisons des solidarités (MDS) supplémentaires et la mise en place de "référents parcours"...

Pour sa part, Toulouse Métropole s'engage à créer un nouvel espace de rencontre parents enfants, à renforcer la prévention spécialisée (avec en particulier la création de dix postes d'éducateurs), ou encore à développer à grande échelle le dispositif Tapaj (travail alternatif payé à la journée) pour offrir un accès à l’emploi à des jeunes en errance souvent sujets aux addictions.

S'il s'agit de la première démarche réellement conjointe dans le cadre de la stratégie Pauvreté, d'autres départements et métropoles se sont déjà rapprochés autour des axes de la stratégie, comme Nantes et la Loire-Atlantique autour de l'accueil social unique (voir notre article ci-dessous du 27 mars 2019). Toulouse comme Nantes... deux métropoles parmi celles pour lesquelles l'exécutif avait envisagé une fusion avec le département mais ayant renoncé à cette perspective. En signifiant leur renoncement en février dernier, Jean-Luc Moudenc et Georges Méric en avaient d'ailleurs profité pour annoncer un accord de coopération mettant en œuvre un protocole signé en juin 2018 portant prioritairement sur les transports, le développement économique et le numérique, l'environnement et le logement, la politique de la ville... et le social (lire notre article du 13 février 2019).

Haut de page