Localtis
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis

Tourisme : qui sont ces visiteurs "à besoins spécifiques" ?

Tourisme, culture, loisirs

Santé, médico-social, vieillissement

Ile-de-France

Familles avec enfants en bas âge, femmes enceintes, personnes âgées, personnes à mobilité réduite ou avec des difficultés visuelles... les touristes "à besoins spécifiques" font l'objet d'une étude bienvenue menée par le comité régional du tourisme (CRT) Paris Île-de-France.

Le comité régional du tourisme (CRT) Paris Île-de-France publie, pour la première fois, une étude sur les "clientèles touristiques à besoins spécifiques et leurs accompagnateurs". Les résultats présentés sont issus des dispositifs permanents d'enquête mis en place par le CRT dans les aéroports et les trains, ainsi que sur les aires d'autoroutes et dans les gares routières. Ils portent sur le périmètre de la région, mais les enseignements qui en ressortent sont valables à l'échelle nationale.

Une clientèle qui reste davantage sur place que les autres touristes

L'enjeu est loin d'être négligeable, puisque cette clientèle représente 2,1 millions de touristes en 2017 (1,2 million de touristes français et 0,9 million d'étrangers), soit 4,3% des séjours touristiques de la destination Paris Île-de-France, pour 8,3 millions de nuitées et une consommation touristique générale estimée à 870 millions d'euros. Avec une moyenne de 4 nuitées par séjour, cette clientèle reste davantage sur place que les autres touristes (3,5 nuitées). Précision importante : contrairement à une idée reçue, la clientèle à besoins spécifiques ne se limite pas aux personnes handicapées. Dans l'étude du CRT, cette clientèle compte en effet 25% de familles avec enfants en bas âge et 19% de personnes âgées. S'y ajoutent 34% de touristes à mobilité réduite, 13% de personnes avec des difficultés auditives et 11% de visiteurs avec des difficultés visuelles.
L'étude précise que "les touristes à besoins spécifiques pratiquent les mêmes activités et parcours de visite que l'ensemble des clientèles, notamment sur les sites incontournables de la destination". En termes de profil, ces touristes comptent une majorité de femmes (56%, contre 50% pour l'ensemble des touristes). Elle compte également davantage de personnes de plus de 60 ans (19% contre 15%). Parmi les clientèles étrangères à besoins spécifiques, on retrouve les pays de provenance habituels : Royaume-Uni, États-Unis, Belgique, Espagne, Pays-Bas, Italie, Allemagne...

Des voyages avant tout en famille

En termes d'habitudes de voyage, 25,6% de ces touristes sont des primo-visiteurs (contre 18,6%) et 74,6% des "Repeaters". Les touristes à besoins spécifiques voyagent davantage en famille, d'où une moyenne de 2,8 personnes par groupe (contre 2,1). Plus de la moitié (54%) voyagent ainsi en famille ou entre amis, contre 31% pour les touristes non concernés par des besoins spécifiques. La part des déplacements pour motifs personnels est donc logiquement plus élevée (77% contre 64%).
Les moyens d'information de cette clientèle ne sont pas radicalement différents de ceux de l'ensemble des touristes, si ce n'est un recours plus important aux agences de voyage et tour-opérateurs (22,6% contre 13,9%). Il en est de même pour ce qui concerne les canaux de réservation et les modes d'hébergement choisis (62% de recours à l'hébergement marchand contre 65%). Les modes de transport sur place sont aussi très proches, à l'exception d'un moindre recours aux transports en commun (52% contre 63%) et d'une plus grande utilisation du véhicule personnel (27% contre 19%).

Information : peut mieux faire

Le "Top 5" des activités pratiquées, comme celui des sites visités, sont quasi identiques dans les deux publics, à la seule exception des parcs d'attraction, fréquentés par 29,4% des touristes à besoins spécifiques, contre 19,7% pour les autres (ce qui s'explique sans doute par le poids des familles dans la première catégorie).
En termes de satisfaction, les clientèles touristiques à besoins spécifiques expriment un haut degré de satisfaction (au-delà de 80% de réponses positives), mais toujours avec un retard de 4 à 6 points sur le reste de la clientèle (sauf pour l'hébergement où les taux de satisfaction sont strictement identiques).
Conscient du potentiel et des attentes de cette clientèle à besoins spécifiques, le CRT Paris Île-de-France a profité de la Journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, pour éditer une brochure - au contenu très léger (8 pages) - intitulée "Paris, région accessible".

Haut de page