Tourisme - Seuls un tiers des Français se disent sûrs de partir en vacances cet été

Une étude nationale sur les intentions de départs en vacances pour l'été à venir a été présentée le 24 mars par l'office de tourisme Savoie Mont Blanc. Seul un Français sur dix a déjà réservé un séjour marchand et 45% se déclarent indécis. Pour les partants, l'été sera encore largement franco-français. L'attrait des vacances à la campagne continue de progresser.

Alors que les vacances de Pâques semblent déjà sérieusement compromises du fait de la quasi-interdiction de déplacement qui touche les 19 départements en "vigilance renforcée", les inquiétudes se portent désormais sur les vacances d'été. Certes, la fin de l'état d'urgence sanitaire reste – pour l'instant – fixée au 1er juin prochain et la vaccination devrait finir par produire ses effets sur la circulation du virus. Mais le climat d'incertitude actuel face à la troisième vague de la pandémie de Covid-19 et à l'évolution des mesures de restriction se révèle très peu propice aux projets de vacances.

Seuls 10% des Français ont déjà réservé un séjour marchand pour cet été

À l'occasion d'une conférence de presse le 24 mars, destinée principalement à mettre en valeur les nouveautés estivales de son offre, Savoie Mont Blanc – l'office du tourisme de la Savoie et de la Haute-Savoie – a également présenté les résultats d'une étude nationale, réalisée à la mi-mars (au moment des annonces du gouvernement sur la "vigilance renforcée") et portant sur un échantillon de 1.421 personnes représentatif de la population française en termes d'âge, de région d'habitation et de CSP.

Le premier enseignement est que seuls trois Français sur dix se disent aujourd'hui certains de partir en vacances cet été (dont un qui a effectivement réservé un séjour marchand et deux qui prévoient un séjour en famille, en résidence secondaire ou chez des amis). À ce jour, 4,5 Français sur 10 sont encore indécis (dont 1,5 a l'intention de réaliser un séjour marchand mais ne l'a pas encore réservé) et 2,5 Français sur 10 affirment qu'ils ne partiront pas en vacances cet été. Savoie Mont Blanc constate "une envie de départ en vacances cet été soutenue de la part des Français, malgré le contexte sanitaire... mais une réserve qui reste à convaincre encore élevée".

Cette année, les vacances seront encore largement franco-françaises. Parmi les partants, 71% envisagent en effet de se rendre dans une autre région, 13% resteront dans leur région et 3% dans leur département, alors que seuls 13% prévoient de partir à l'étranger. Les régions plébiscitées comme destination pour cet été sont Paca (21%), l'Occitanie (14%), Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes (13% chacune) et la Bretagne (11%). Toujours parmi les partants, les principaux critères ayant présidé au choix du séjour sont l'ensoleillement (44% de citations), les possibilités de baignade (38%), la nature / les grands espaces (33%), tester un nouveau lieu / la découverte (22%), le repos / la contemplation (21%) et des prix bas (19%). En pratique, cela donne, toujours chez les partants, 57% qui iront sur le littoral, 25% à la campagne – qui profite de l'attirance pour la nature et les grands espaces –, 10% à la montagne et seulement 5% dans les villes, qui restent les grandes perdantes de la crise sanitaire.

La répartition des séjours d'été par période est sans grande surprise, puisque la moitié (52%) des vacanciers partiront entre le 15 juillet et le 15 août. Le durées de séjour devraient être plutôt longues avec 40% des partants qui prévoient de 9 à 15 jours et 23% plus de 15 jours.

Les indécis ne demandent qu'à changer d'avis... si la situation sanitaire s'améliore

Chez les indécis (4,5 Français sur 10), tout va dépendre de l'évolution de la situation sanitaire. L'enquête teste en effet deux scénarios. Si les indicateurs sont au vert (propagation du virus maîtrisée, déplacements en France et à l'étranger autorisés), 98% des indécis devraient finalement partir. Dans ce cas de figure, les intentions de départ à l'étranger progressent fortement (26% des intentions, derrière les 45% de "une autre région"). Si les indicateurs sanitaires sont mitigés (propagation du virus encore soutenue, seuls les déplacements en France sont possibles), les intentions de départ perdent 18 points et tombent à 80%.

Les indécis sont également davantage prêts à partir hors période la plus chargée et à étaler ainsi les vacances, surtout dans le scénario des indicateurs mitigés. Ils seraient alors seulement 28% à vouloir partir entre le 15 juillet et le 15 août, contre 20% en juin et première quinzaine d'août et 35% en seconde quinzaine d'août et septembre. Des indicateurs mitigés réduiraient aussi la durée du séjour et favoriseraient le choix de la campagne et de la montage comme destination de vacances.

Enfin, la crise sanitaire est également très présente chez ceux qui se disent non-partants (un quart des Français). Si 43% d’entre eux indiquent ne pas partir à cause de leur situation financière, 30% invoquent la crainte d’une nouvelle vague de Covid-19, et 18% ne veulent pas partir car il pensent qu'ils ne seront pas vaccinés avant l’été.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle