Un arrêté ouvre le titre de maître-nageur-sauveteur à de nouvelles certifications

Comment augmenter le nombre de maîtres-nageurs-sauveteurs (MNS) pour lutter contre les noyades, déployer le programme Aisance aquatique et, plus généralement, assurer un vivier d’intervenants formés pour les besoins des collectivités territoriales ?
Dans un communiqué du 17 janvier, le ministère des Sports, qui "a fait le constat d’une pénurie de MNS, professionnels en capacité d’assurer la sécurité, l’encadrement et l’enseignement de l’aisance aquatique puis de la natation", annonce qu'à l'issue de travaux menés avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, des modifications réglementaires ont été opérées.
Un arrêté paru le 21 novembre 2021 élargit la délivrance du titre de MNS à de nouveaux titulaires de certifications possédant déjà des compétences pédagogiques et techniques, complétées par des compétences en matière de sécurité et de sauvetage. Les certifications visées sont le Dejeps (diplôme d'État de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport) triathlon couplé à l’obtention du CSSSMA (certificat de spécialisation sauvetage et sécurité en milieu aquatique), la licence Staps EM (éducation et motricité) couplée à l’obtention de l’Uessma (unité d’enseignement sauvetage et sécurité en milieu aquatique) et la licence Apas (activité physique adaptée et santé) également couplée à l’Uessma.
Alors qu'environ 900 à 1.000 MNS sont diplômés chaque année, ces modifications réglementaires devraient permettre, selon le ministère, d'en diplômer environ 200 supplémentaires par an.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle