Localtis

Habitat - Un net recul de la construction de logements en 2018, mais pas d'effondrement

Le choc de l'offre promis avec Elan aura-t-il lieu ? On a le droit d'en douter au vu des chiffres de la construction publiés le 28 janvier par le gouvernement. Ils marquent un net recul sans pour autant être catastrophiques. Julien Denormandie estime quant à lui que l'action de son ministère n'est pas de faire du chiffre mais "de construire là où c'est nécessaire".  

Le ministère de la Transition écologique et solidaire et celui de la Cohésion des territoires publient les chiffres de la construction de logements au 31 décembre 2018. Après une année 2017 qui avait vu le secteur frôler les 500.000 logements neufs (voir notre article ci-dessous du 29 janvier 2018), l'année écoulée marque un net recul, sans que l'on puisse pour autant parler d'un effondrement. Au final les autorisations de logements (permis de construire) diminuent de 7,1% avec un total de 460.600 unités, tandis que les mises en chantier sont en baisse de 7,0%, avec un total de 398.100 logements. Ces résultats confirment la tendance qui se dessinait déjà à la fin du premier semestre (voir notre article ci-dessous du 30 juillet 2018). La baisse des autorisations de logements tend à s'accélérer légèrement en fin d'année, puisqu'elle est de -8,4% sur le dernier trimestre 2018. L'accélération en fin d'année est plus prononcée pour les mises en chantier, avec -18,3% d'octobre à décembre 2018 par rapport au même trimestre de 2017.

Le logement collectif plus touché que l'individuel

Le recul des autorisations de logements concerne en premier lieu les logements collectifs, avec une baisse de -7,5% sur l'année, répartie entre les logements collectifs ordinaires (-6,9%) - autrement dit les logements pérennes, loués nus, avec un bail de droit commun - et les logements en résidence (-11,8%). Pour les logements individuels, les autorisations diminuent sur l'année de -6,5%, le recul de -9,4% dans l'individuel pur (les maisons) n'étant pas compensé par la progression de +1,9% dans l'individuel groupé (les lotissements). Au final, 276.000 logements collectifs (y compris ceux en résidence) ont été autorisés durant l'année 2018, contre 184.600 pour les logements individuels.

Du côté des mises en chantier, le recul enregistré en 2018 est de -8,7%, avec une baisse nettement plus prononcée pour les logements en résidence (-20,3%) - qui ne représentent toutefois que 25.900 unités - que pour les logements collectifs ordinaires (-7,0%). Le recul des mises en chantier est de -4,5% pour les logements individuels, avec une tendance très voisine pour l'individuel pur (-4,8%) et pour l'individuel groupé (-3,8%). Au final, 230.000 logements collectifs (y compris ceux en résidence) ont été mis en chantier durant l'année 2018, contre 168.100 logements individuels.

Occitanie et Centre-Val de Loire à la traîne

En termes géographiques, la situation est contrastée, comme d'ailleurs chaque année. En matière d'autorisations de logements, seules trois régions (DOM compris) affichent une progression en 2018 : Nouvelle-Aquitaine (+3,8%), Corse (+2,2%) et Hauts-de-France (+1,3%). Toutes les autres régions connaissent une baisse des permis de construire accordés, supérieure à -10% pour trois d'entre elles : Occitanie (-12%), Centre-Val de Loire (-14,4%) et Paca (-16,9%). L'Ile-de-France affiche pour sa part une baisse de -9,3%.

La situation est un peu différente en matière de mises en chantier. Seule la Bretagne affiche en effet une progression (+3,3%). Toutes les autres régions enregistrent une baisse des mises en chantier, dont à nouveau égale ou supérieure à -10% pour trois d'entre elles  : Normandie (-10%), Occitanie (-12,6%) et Centre-Val de Loire (-14,9%). La baisse est moins prononcée en Ile-de-France, avec -5,1%.

Construire et rénover "là où c'est nécessaire"

"Il faut construire là où c'est nécessaire", a tempéré le ministre du Logement, Julien Denormandie, lors de son intervention ce 28 janvier aux vœux d'Action Logement. "Et il faut rénover là où c'est nécessaire", a-t-il ajouté, confiant à l'assemblée qu'il était "frustrant que l’on juge un ministre du Logement aux chiffres de la construction neuve".
Le lendemain, il assistait aux voeux de l'Anah qui annonçait  94.000 logements rénovés en 2018 (voir notre article dans l'édition de ce jour), soit une hausse de 16,5% par rapport à l'année précédente qui était déjà une bonne année. L'objectif 2019 est d'atteindre les 120.000 logements rénovés. Pour cela le budget d'intervention de l'Anah a augmenté de 9%.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page