Congrès et salons : 54% ont été annulés, 41% reportés ou transformés

Atout France et le cabinet EY publient les résultats d'une enquête sur "l'impact de la crise Covid-19 sur les rencontres et évènements professionnels en France". Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Seuls 5% des événements programmés en 2020 ont été maintenus. Et la situation apparaît très incertaine pour 2021. L'activité devrait reprendre en premier lieu sur des événements locaux et nationaux. À long terme, le secteur devra sans doute se réinventer. En France, certaines villes en font évidemment plus particulièrement les frais. Tel est le cas de Cannes. Son maire, David Lisnard, témoigne.

Au sein d'une industrie touristique particulièrement mise à mal par la crise sanitaire, les congrès et salons – et plus largement toute l'activité événementielle – figurent sans aucun doute parmi les plus touchés. Confirmant cette situation, Atout France et le cabinet EY publient les résultats d'une enquête sur "l'impact de la crise Covid-19 sur les rencontres et évènements professionnels en France". Les résultats montrent à la fois l'ampleur du choc, les réactions des professionnels et des perspectives pour le moins incertaines pour 2021 et à plus long terme.

 

Seuls 5% des événements prévus en 2020 ont été maintenus

 

L'étude d'Atout France et d'EY, menée en août et septembre, se fonde sur l'interrogation de 104 professionnels de l'événementiel (agences, associations et entreprises commanditaires). L'impact de la crise se lit dans les chiffres. En 2020, 54% des événements programmés ont été purement et simplement annulés. À l'inverse, 41% ont été "adaptés" : 20% ont été reportés à une date ultérieure et 21% ont fait l'objet d'une transformation de format, le plus souvent en devenant une manifestation numérique. Au final, seuls 5% des événements programmés en 2020 ont été maintenus. 
Le choc est d'autant plus violent que la France, et plus spécialement Paris,  occupaient une place de choix dans les destinations de congrès et salons internationaux (qui représentent une part importante de l'activité événementielle, au moins en termes de chiffre d'affaires). Après avoir récupéré le premier rang mondial en 2018 (voir notre article du 24 mai 2019), Paris figurait à nouveau en tête du classement mondial 2019 établi en juin dernier par l'Icca (International Congress and Convention Association). La capitale occupait en effet la première marche du podium, avec 237 manifestations internationales (selon la définition de l'Icca), devant Lisbonne (190), Berlin (176), Barcelone (156), Madrid (154), Vienne (149) et Singapour (148). Pour sa part, la France occupait le troisième rang mondial avec 595 manifestations internationales, derrière les États-Unis (934) et l'Allemagne (714), repassant ainsi devant l'Espagne.

 

Incertitudes sur 2021, malgré des atouts solides

 

Si 2020 sera une année blanche, la situation apparaît également incertaine pour 2021. Comme l'explique Atout France, "ces mesures qui restreignent l'activité du secteur ont amené ses acteurs à s'adapter et à réinventer leurs offres, mais le manque de visibilité à moyen et long termes plonge toute l'industrie dans l'incertitude face à l'avenir". Les opinions sur les perspectives de reprise divergent d'ailleurs selon la position des personnes interrogées. Ainsi, les entreprises commanditaires n'envisagent pas de réel redémarrage avant le second semestre 2021, voire plus tard pour les séminaires et salons. À l'inverse, les associations et les agences organisatrices misent plutôt sur un rebond au cours du premier trimestre 2021, notamment pour les séminaires, les lancements de produit et les opérations de Team Building.
Mais, dans tous les cas, "le manque de confiance et l'absence de visibilité sont cependant extrêmement marqués au sein des entreprises, dont près de la moitié n'a même pas souhaité ou pu se prononcer sur cette éventuelle reprise". En termes sectoriels, les secteurs épargnés, voire bénéficiaires de la crise sanitaire (pharmacie, technologies et biens de consommation), devraient être les premiers à vouloir organiser à nouveau des manifestations professionnelles. 
Pour Atout France et EY, la reprise de l'activité événementielle devrait s'opérer en "cercles concentriques, en premier lieu sur des événements locaux et nationaux, mais les voisins de la France pourraient d'ici quelques mois redevenir des clients solides et prêts à faire confiance à la destination France".

 

Un modèle économique à réinventer

 

En effet, l'étude d'Atout France et d'EY intègre également trois pays de commanditaires potentiels : la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la Belgique. Il en ressort "que la France reste une destination de référence sur les trois marchés sondés et qu'elle peut tirer son épingle du jeu en se différenciant grâce à son positionnement central en Europe de l'Ouest, à un large choix d'offres, une culture recherchée et un territoire varié géographiquement". Mais il faudra pour cela remplir plusieurs conditions : adaptation des prestations et tarifs, mise en place et respect de protocoles sanitaires sécurisants, hybridation des événements avec une part significative donnée au digital, optimisation de l'empreinte environnementale...
Enfin, à moyen et long termes, Atout France et EY estiment que "cette enquête montre que l'industrie des rencontres professionnelles devrait être durablement impactée par la crise dans la conception même des événements (avec la part croissante du digital et de l'hybridation des formats), leur localisation (des espaces moins 'intensifs', moins lointains, à la campagne, voire en extérieur) et leur modèle économique, qui est à réinventer pour trouver de nouveaux équilibres".

 

 

Trois questions à David Lisnard : "Il faut sauver la filière touristique et événementielle"

 

Sa ville vit nécessairement les choses avec une âpreté particulière. David Lisnard, maire de Cannes, témoigne de l'ampleur des conséquences économiques de la crise pour un territoire tourné vers le tourisme et l'accueil d'événements internationaux. Et pour toute une série de professionnels. Nombre d'entre eux se sont pour la première fois tournés vers le centre communal d'action sociale.


Localtis - On sait que la crise économique liée à la crise sanitaire a, depuis le printemps dernier, particulièrement affecté les territoires touristiques. Quel diagnostic poseriez-vous aujourd’hui, à la fois en tant que maire de Cannes et en tant que président du comité régional du tourisme Côte d’Azur France ?

 

David Lisnard - Le diagnostic est violent pour notre territoire. Le secteur du tourisme pèse directement à hauteur de 20% sur toute l’économie du département, et jusqu’à 50% dans le secteur de Cannes. Très clairement, on estime d’ores et déjà les pertes de revenus pour la Côte d’Azur à environ 2,6 milliards d’euros. Il faut avoir la lucidité de regarder les chiffres et, derrière les chiffres, d’avoir à l’esprit les réalités humaines très douloureuses qui, peu à peu, se font jour.
À Cannes, la mise à l’arrêt depuis la mi-mars du palais des Festivals et des Congrès, premier centre de congrès de France hors Paris, a engendré une perte d’environ 800 millions d’euros de retombées économiques. 17 manifestations ont été annulées. Cela représente 390.000 nuitées en moins pour les hôteliers - sans compter celles générées par les plateformes de location saisonnière - mais ce sont bien d’autres métiers qui pâtissent de cette situation : les extras, les indépendants, les restaurateurs et traiteurs, les chauffeurs de taxi et transporteurs, de nombreux artisans et tous les commerçants évidemment qui risquent de mettre la clé sous la porte.
Les perspectives ne sont malheureusement pas plus réjouissantes avec des tendances pour la saison d’hiver préoccupantes, notamment en termes de réservations, et la prorogation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février ne nous permet pas la moindre visibilité.

 

Un important plan Tourisme a été présenté en mai dernier, complété depuis par d’autres mesures, qu’il s’agisse de mesures d’urgence ou d’actions de moyen terme dans le cadre du plan de relance. Ces réponses vous semblent-elles adaptées ? D’autres actions devraient-elles, selon vous, être mises en œuvre ?

 

Dès le mois de mars, j’ai alerté le gouvernement sur la nécessité de prendre en compte le risque que faisait peser sur la pérennité de nombreux entrepreneurs de la filière touristique et événementielle la mise à l’arrêt presque complète de leurs activités professionnelles. Aucune annonce concrète n’a été formulée en dehors du maintien des dispositifs bienvenus, dans l’urgence, de perfusions publiques communiqués en juin dernier par le ministre de l’Économie et des Finances et confirmés depuis. Cependant, ces mesures ne permettent pas d’envisager une relance de l’activité. Or c’est par la relance que nous parviendrons à sauver les filières, sauvegarder les emplois et aussi résorber la dette qui ne cesse de croître et nous menace d’une crise budgétaire et financière à moyen terme. J’ai ainsi insisté lors du conseil interministériel du tourisme du 12 octobre dernier pour que l’on puisse anticiper différents scenarii d’évolution de la maladie permettant, en sortant des carcans administratifs et bureaucratiques, d’envisager notamment l’organisation d’événements dans le strict respect des règles sanitaires.

 

Votre ville connaît une situation spécifique, étant donné ce poids du tourisme d’affaires et d’événements internationaux de premier plan comme le Festival de Cannes. Avec derrière, vous le disiez, toute une économie locale, toute une série de services et métiers… Quel accompagnement proposer aux "sinistrés", y compris sur le terrain social ?

 

L’annulation de tous les rendez-vous événementiels à laquelle nous devons faire face touche en effet un ensemble d’entreprises qui vivent en grande partie du tourisme et du tourisme d’affaires particulièrement. Nous sommes, il faut le rappeler, la première ville de France hors Paris pour le MICE* et pourtant, nous constatons que rien ne vient pour lever toutes les incertitudes qui pèsent sur cette filière essentielle à notre économie locale. Sur le plan social, nous sommes très vigilants car cette crise sanitaire et économique fait de nombreuses victimes, souvent silencieuses, qui n’ont pas la "culture du guichet".

Durant le premier confinement, nous avions ouvert le palais des Festivals et des Congrès aux SDF. Nous avons décidé de leur rouvrir des salles dédiées pour les héberger durant cette période. Nous avons aussi créé le 27 octobre une cellule municipale d’aide aux victimes économiques et sociales de la Covid-19, pilotée par le CCAS. À ce jour, cette cellule a recueilli près de 200 appels provenant d’une population à laquelle le CCAS n'a généralement pas affaire : pour 90%, ce sont des artisans, des commerçants, des restaurateurs, des chefs d’entreprise. Les aides apportées sont de plusieurs ordres. Elles peuvent être administratives, financières, alimentaires, en formation aussi, et parfois psychologiques. Nous nous efforçons de répondre avec célérité en lien avec nos partenaires - CCI, syndicat des hôteliers, hôpital de Cannes, Pôle Emploi, PLIE, mission locale, Fondation de Cannes - et les associations locales.

*Meetings, incentives, conventions and events

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle