Distribution de 500.000 autotests pour les publics précaires

Une instruction interministérielle signée d'Olivier Véran et de Gérald Darmanin met en œuvre le déploiement des autotests auprès des publics en grande précarité. Ces autotests sont issus du stock de l'État qui, au début du moins d'avril, a préempté 5 millions d'autotests sur les premières livraisons, essentiellement à destination des établissements scolaires.

Ces autotests s'inscrivent dans le cadre de la stratégie de dépistage et viennent compléter les tests nasopharyngés (RT-PCR et antigéniques) et les tests salivaires (RT-PCR). L'État souhaite en effet "adresser trois cibles prioritaires", dont le taux de dépistage est inférieur à la moyenne nationale : les jeunes (écoliers et étudiants), les populations d'outre-mer et les publics éloignés du soin. Ces derniers – les seuls visés par l'instruction – font donc l'objet d'une opération spécifique de déploiement des autotests auprès des publics précaires, entamée depuis la semaine du lundi 3 mai 2021 (après une expérimentation en Île-de-France).

Au total, 475.000 tests seront répartis entre l'ensemble des départements métropolitains (les DOM disposant de dotations spécifiques), selon une clé fondée sur des indicateurs de population et de pauvreté (population totale, population sous le seuil de pauvreté et nombre de places d'hébergement). La répartition entre départements figure en annexe de la circulaire. Les publics concernés sont – dans un premier temps – les personnes SDF et accueillies dans les structures d'hébergement, celles résidant en camp, en squat ou en bidonville, puis – dans un second temps – les personnes recourant à l'aide alimentaire et les personnes précaires et/ou éloignées du système de santé résidant dans les QPV.

En pratique, les préfets et les délégués territoriaux des ARS sont chargés, en concertation avec les élus, de déterminer localement les publics devant faire l'objet d'une distribution d'autotests de manière prioritaire parmi le périmètre retenu des personnes en grande précarité et des personnes en bidonvilles, squats et camps. Ils sont invités pour cela à s'appuyer notamment sur les services des communes (CCAS et Cias) et sur les services sociaux des départements. Les préfets et les délègues territoriaux des ARS sont également invités à fournir aux acteurs mobilisés le kit de déploiement des autotests et le "Guide autotest" indiquant la manière de réaliser l'autotest et la conduite à tenir en fonction du résultat.

L'instruction des ministres de l'Intérieur et des Solidarités et de la Santé s'accompagne en effet d'un "Petit guide d'utilisation de l'autotest nasal". Celui-ci est décliné en deux versions. La première est une version grand public s'adressant à toute la population ; la seconde, très allégée, est manifestement rédigée en langage Falc (facile à lire et à comprendre). Les annexes comportent également le "kit de déploiement" des autotests rapide. Ce second document s'adresse aux acteurs de la distribution et de la mise en œuvre des autotests. Il a "vocation à aider et accompagner les acteurs publics et privés à se saisir du déploiement des autotests, en précisant quelles en sont les modalités d'approvisionnement et les recommandations d'utilisation".

Référence : instruction ministérielle N°CABINET/2021/92 du 3 mai 2021 portant sur le déploiement des autotests auprès des publics précaires (mise en ligne sur Légifrance le 14 mai 2021).
 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle