Localtis

En dix ans, le sport-santé s'est fait une place de choix au Pays basque

Dix ans après le lancement des premières initiatives en faveur du sport-santé à Biarritz, l'opération s'est étoffée en touchant de nouveaux territoires du Pays basque et en fédérant tous les acteurs concernés, du monde médical au mouvement sportif. Avec comme point d'orgue la création d'un dispositif de sport sur ordonnance.

"On a commencé petit, c'est aujourd'hui un dispositif qui rayonne sur l'ensemble d'un territoire." En présentant l'association Biarritz Côte basque sport-santé aux participants des 10es Rencontres du sport-santé de Biarritz, le 29 novembre, le maire Michel Veunac semblait satisfait que, d'une certaine façon, ce dispositif pionnier lui ait un peu échappé pour mieux grandir.

Tout a débuté en 2009, avec un rendez-vous de printemps. "On chaussait les baskets, tout le monde était invité à découvrir gratuitement en famille une quantité d'activités de mise ou remise en forme," se souvient l'élu. Aujourd'hui, le dispositif s'est étoffé. Si le rendez-vous printanier est toujours d'actualité, les Rendez-vous de la forme permettent une pratique plus régulière tout au long de l'année sur une grande variété de parcours. L'initiative qui avait commencé à Biarritz s'est étendue à toute la Côte basque puis à l'intérieur du Pays basque, jusqu'à atteindre prochainement les bourgs ruraux de Saint-Palais et Saint-Jean-Pied-de-Port. Surtout, depuis 2015, la volonté de faire du sport une pratique de santé a mené à la création d'un dispositif de sport sur ordonnance.

Cette réussite s'appuie sur un réseau de partenaires : médecins, éducateurs médicosportifs, associations sportives, acteurs de la santé et collectivités territoriales, ainsi que de nombreux partenaires privés. À cet égard, il est intéressant de jeter un œil sur le dos de la plaquette présentant les dix ans d'engagement de l'association Biarritz Côte basque sport-santé, présidée par le très médiatique professeur Gérard Saillant : pas moins de quatre-vingts partenaires y sont répertoriés !

Sport sur ordonnance

Le dispositif de sport sur ordonnance s'adressait à l'origine aux personnes sédentaires à risques. Il vise désormais les patients atteints de maladies chroniques. Comment ? Grâce à l'implication décisive, à partir de 2017, du centre hospitalier de la Côte basque (CHCB), qui regroupe plusieurs hôpitaux et structures de soins dans tout le Pays basque. "Il y a plusieurs années, des médecins de l'hôpital qui prenaient en charge des patients atteints de maladies chroniques se sont retrouvés dans une impasse, raconte Michel Glanes, son directeur. Car si les patients étaient correctement pris en charge médicalement, il y avait un point d'interrogation : l'activité physique."

Le CHCB a donc décidé de s'engager dans la promotion d'actions de santé publique, dans l'établissement mais aussi hors les murs. "Un médecin nous a alors proposé une unité transversale d'activités physiques et sportives [Utaps] pour les patients atteints d'affections de longue durée ou de maladies chroniques avec un programme sur deux mois", poursuit Michel Glanes. Mais qu'allait-il se passer après ces deux mois ? "C'est là que nous avons rencontré l'association Biarritz Côte basque sport santé. Nous partagions les mêmes valeurs, la même volonté de remettre les patients à l'activité physique", explique Michel Glanes. Bilan de cette fructueuse collaboration : 350 patients sont actuellement dans le réseau et ce nombre va plus que doubler très bientôt avec la construction d'un bâtiment dédié à cette activité ainsi qu'à la médecine du sport.

Expériences probantes

Si l'arrivée de l'hôpital a constitué une étape décisive dans le déploiement du dispositif, d'autres acteurs-clés ont participé à sa réussite. D'abord les acteurs institutionnels, à l'image de la direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) et de l'agence régionale de santé (ARS). Pour l'une comme pour l'autre, la coopération s'était révélée naturelle.

Pour la DDCS des Pyrénées-Atlantiques, l'enjeu était de répondre à l'une des grandes priorités du ministère des Sports : l'accompagnement des dispositifs de sport-santé. "Quand Biarritz sport santé [premier nom de l'association, NDLR] a voulu se monter, explique Véronique Moreau, sa directrice, nous l'avons aidée par la création d'un emploi sportif pérennisé grâce aux subventions du CNDS." Et si cette aide n'est plus possible aujourd'hui, car depuis 2019 les aides à l'emploi sportif sont gérées via la nouvelle Agence nationale du sport par les fédérations sportives, la DDCS accompagne toujours l'ingénierie du projet grâce à ses conseillers d'animation sportive et ses inspecteurs de la Jeunesse et des Sports.

Pour l'ARS de Nouvelle-Aquitaine, la prévention est une priorité et l'initiative de Biarritz Côte basque sport-santé a permis de déployer le dispositif Peps (prescription d'activités physiques et sportives). Florence Perrin, responsable de la santé publique à l'ARS Nouvelle-Aquitaine, se félicite que les actions de sport-santé développées par l'association aient pu faire l'objet de fiches-actions dans les contrats locaux de santé. "Les expériences sont probantes et nous disent qu'il faut continuer", assure-t-elle.

Une locomotive pour le territoire

Enfin, le dispositif s'est appuyé sur un partenaire opérationnel incontournable : le mouvement sportif, et particulièrement le comité départemental des Pyrénées-Atlantiques de la Fédération française d'éducation physique et de gymnastique volontaire (FFEPGV). "Nous avons été associés aux réflexions dès le départ pour mettre en place le dispositif et notre expertise a permis de trouver des solutions ensemble pour développer le sport-santé sur la Côte basque", confie Marie-Hélène Dehecq, présidente du comité. Aujourd'hui, la FFEPGV accompagne Biarritz Côte basque sport-santé en mettant des animatrices à disposition. Une dizaine d'entre elles ont en outre suivi une formation spécifique. Pour la FFEPGV, ce dispositif est particulièrement précieux car il offre le temps nécessaire pour convaincre des personnes concernées de prendre une licence afin de continuer une activité sportive après une prescription. "C'est un dispositif innovant et très performant pour attirer des personnes sédentaires, d'habitude difficilement atteignables", ajoute Marie-Hélène Dehecq. Et pour aller encore plus loin, le comité régional de la FFEPGV vient d'organiser à Bayonne une première formation en activités physiques adaptées reconnue par le ministère des Sports.

Après dix ans d'existence du dispositif, un constat s'impose : tous les acteurs concernés ont répondu présent et le bilan est largement positif. "Biarritz Côte basque sport-santé est une locomotive sur tout le territoire", estime Véronique Moreau. Dans le cadre du déploiement du plan régional sport-santé 2019-2024, porté par l'ARS, le conseil régional et la DDCS, un poste de coordinateur territorial a été créé. Son titulaire travaillera bien évidemment avec Biarritz Côte basque sport-santé afin de conforter les liens permanents entre le mouvement sportif et le monde médical. Cerise sur le gâteau : l'expérience a débouché très naturellement sur une réponse commune de tous les acteurs à l'appel à projets du ministère des Sports pour la labellisation d'une maison du sport-santé au Pays basque.

Haut de page