Investissements étrangers : les projets de réindustrialisation touchent plutôt les petites villes

1.607 projets d'investissements étrangers ont été recensés en 2021, un nouveau record, d'après le bilan 2021 publié le 14 mars 2022 par Business France qui ne tient toutefois pas compte des montants investis. 43% de ces projets se situent dans des agglomérations de moins de 200.000 habitants, et côté industrie, les projets sont localisés principalement dans les communes de moins de 20.000 habitants. 

La France enregistre un nouveau record en nombre de projets d'investissement internationaux. D'après le bilan 2021 publié le 14 mars 2022 par Business France, 1.607 projets ont ainsi été recensés en 2021, soit une hausse de 32% par rapport à 2020. Ces projets ont permis la création ou le maintien de 45.008 emplois, indique Bercy, soit une augmentation de 30% par rapport à 2020. "Le niveau atteint est historique, se félicite le gouvernement dans un communiqué du 14 mars. La France n'a jamais été aussi attractive qu'en 2021. En moyenne, 31 décisions d'investissement ont été recensées par semaine l'année dernière en France", et cela malgré la crise sanitaire. Mais le bilan se fonde sur le nombre de projets et ne tient pas compte des montants investis par les entreprises étrangères ; il ne donne ainsi qu'une vision tronquée de l'attractivité du pays. Si les chiffres de la Banque de France pour l'année 2021 ne sont pas encore disponibles, ceux de 2020 faisaient apparaître une forte baisse du flux net d'investissements étrangers en France : de 25 milliards d'euros en 2019 à 4 milliards d'euros en 2020. La France n'était en 2020 que le dix-septième pays d'accueil des flux d'investissements étrangers dans le monde. Elle était douzième en 2019 avant la crise sanitaire. Elle est à la sixième place en Europe, derrière le Luxembourg, l'Allemagne, l'Irlande, la Suède et le Royaume-Uni. 

43% des investissements localisés dans des agglomérations de moins de 200.000 habitants

Malgré cette réserve, ce qui compte pour les collectivités c'est que les projets recensés par Business France en 2021 irriguent l'ensemble du territoire français. Si on considère la part des projets que chaque région accueille en fonction de son poids dans l'activité économique nationale, certaines régions, comme la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est, les Hauts-de-France, l'Occitanie et la Normandie, ont attiré une part du nombre de projets d'investissement bien plus importante que leur taille économique relative.

"Sur les cinq dernières années, les principales régions d'accueil des projets étrangers ont été l'Île-de-France, l'Auvergne-Rhône-Alpes, l'Occitanie, les Hauts-de-France et le Grand Est, indique le rapport. En termes d'emplois créés ou maintenus, les principales régions d'accueil sur les cinq dernières années sont l'Île-de-France (24% du total national), les Hauts-de-France (16%), l'Auvergne-Rhône-Alpes (11%) et le Grand Est (10%)."

Le bilan rapporte aussi le nombre d'emplois créés ou maintenus générés par ces investissements étrangers à l'emploi salarié régional. Un ratio particulièrement élevé en Hauts-de-France (6,1 emplois pour 1.000 emplois salariés), en Bourgogne-Franche-Comté (4 emplois), en Normandie (3,4) et en Grand Est (3,2). Des résultats qui montrent selon Business France que "l'attractivité économique de l'Île-de-France et des principales métropoles ne se fait pas au détriment des autres régions françaises". 43% des investissements en 2021 se localisent dans des agglomérations de moins de 200.000 habitants, précise aussi le bilan.

460 projets industriels d'origine étrangère

Côté industrie, 460 projets d'origine étrangère ont été recensés, soit une augmentation de 49%, un niveau record. Ils ont permis de créer ou maintenir plus de 15.000 emplois. Ils représentent 29% des projets internationaux en France et 34% des emplois associés. Il s'agit principalement d'extensions. "Ces résultats démontrent que le processus de réindustrialisation de l'économie française, engagée depuis plusieurs années, s'accélère en 2021", insiste le gouvernement dans son communiqué. À noter : la répartition géographique des activités de production se distingue de celle de l'ensemble des projets. Les implantations et les extensions de sites de production sont principalement localisées dans les communes de moins de 20.000 habitants. Ces villes accueillent ainsi 72% des projets d'investissements industriels et 68% des emplois associés. De leur côté, les Territoires d'industrie accueillent 58% des projets industriels en 2021 et 66% des emplois associés.

 

Téléchargements

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle