Localtis
Emilie Zapalski

Emploi - La préfecture et la mairie de Paris font un point sur l'impact des attentats sur l'économie

Emploi

Cohésion des territoires

Sécurité

A l'occasion d'un comité exceptionnel dédié à l'impact des attentats sur l'activité économique et l'emploi à Paris, le 8 décembre 2015, la préfecture de Paris et de la région Ile-de-France et la ville de Paris ont présenté les mesures mises en place pour aider les secteurs en difficulté, dont les commerces et les lieux culturels. Un correspondant unique va aider individuellement les entreprises en difficulté.

La préfecture de Paris et de la région Ile-de-France et la ville de Paris ont décidé de consacrer un comité parisien pour l'emploi à l'impact des attentats du 13 novembre sur l'activité économique et l'emploi. Ce comité exceptionnel, qui s'est tenu le 8 décembre 2015, a rassemblé plus de 100 acteurs économiques et des représentants des employeurs et des salariés. Habituellement, le comité parisien, présidé par Pauline Véron, adjointe à la maire de Paris en charge de l'emploi, planche sur les grandes tendances de l'emploi à Paris et permet d'associer toutes les parties prenantes aux différents dispositifs publics au service des personnes à la recherche d'un emploi. Centré sur les conséquences économiques des attentats, le comité du 8 décembre avait cette fois-ci pour objectif de conjuguer les efforts des deux institutions pour être le plus réactif possible face aux besoins des secteurs concernés, en particulier les secteurs du tourisme, de la culture, des loisirs, de la nuit, de l'artisanat, des commerces de proximité et des grands magasins. Quelques semaines plus tôt, lors du conseil des ministres du 25 novembre, le gouvernement avait identifié ces secteurs comme étant particulièrement touchés par les attentats et mis en place des mesures spécifiques, comme la cellule de continuité économique (CCE) permettant de recenser les observations et signaux des opérateurs économiques et d'organiser la remontée d'informations sur l'activité économique.
Lors de la réunion du 8 décembre, les mesures mises en place pour aider les secteurs impactés ont été présentées. Du côté de la préfecture, un correspondant unique, Sébastien Moretti, a été désigné le 24 novembre pour accompagner individuellement les entreprises touchées par les attentats dans leurs démarches et les aider à surmonter leurs difficultés. "Les commerçants peuvent le contacter et le correspondant verra comment l'Etat peut s'adapter pour faciliter au mieux la reprise d'activité", explique-t-on à la préfecture.

40.000 euros pour 19 enseignes

La préfecture a également activé d'autres mesures, comme la mise en place de l'activité partielle, la possibilité d'avoir recours à des délais de paiement pour les charges fiscales et les cotisations sociales auprès de l'administration fiscale, et la mobilisation de la banque publique d'investissement (Bpifrance) pour d'éventuels reports de prêts bancaires. "Le préfet de région a aussi demandé aux services de l'Etat de faire preuve de bienveillance et de réactivité face aux difficultés exceptionnelles rencontrées par les entreprises impactées directement ou non par les attentats", détaillent la préfecture et la ville de Paris, dans un communiqué du 9 décembre.
La mairie de Paris a elle aussi fait le point sur les mesures engagées comme l'aide financière de 40.000 euros pour chacune des dix-neuf enseignes directement touchées, l'exonération des droits de voirie pour le premier semestre 2016 pour près de 500 commerces à proximité immédiate des lieux des attentats, et l'exonération des droits de place dus par les commerçants abonnés des marchés parisiens pour les jours où ceux-ci ont été suspendus. "Les assurances et les banques ont été sollicitées afin de faire preuve de la plus grande compréhension envers les demandes des entreprises économiquement impactées par les attentats", indique le communiqué, qui précise que d'autres mécanismes de soutien sont à l'étude, comme la mobilisation de dons.
Enfin, le comité a permis d'annoncer le lancement prochain par la ville d'une grande campagne de communication destinée à promouvoir les activités culturelles et de loisirs à Paris. Une seconde campagne est prévue, consacrée à la promotion internationale de la destination Paris, pour redynamiser la fréquentation touristique.

Haut de page