L'activité des assistantes maternelles continue de reculer

L'Acoss publie son bilan 2019 de l'emploi direct des particuliers employeurs. Le nombre de particuliers employeurs est en légère baisse (-1,4%). Une baisse plus marquée pour la seule garde d'enfants. Et en matière de garde d'enfants, ce sont les assistantes maternelles qui reculent le plus (-3,1%), davantage que la garde au domicile des parents.

L'Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale), tête de réseau des Urssaf, publie son étude annuelle sur l'emploi direct des particuliers employeurs, autrement dit l'aide à domicile financée directement par les particuliers (avec diverses aides sociales et fiscales). Point important : cette livraison porte sur l'année 2019 et ne prend donc pas en compte l'impact de la crise sanitaire et du confinement. En attendant de pouvoir mesurer l'effet de ces derniers, les résultats 2019 montrent une poursuite du recul de l’emploi direct des particuliers employeurs, plus prononcée encore dans le cas de l'emploi des assistantes maternelles, le second mode de garde après les établissements d'accueil du jeune enfant.

L'ensemble de l'emploi auprès de particuliers employeurs est en baisse en 2019...

De façon globale, le nombre de particuliers employeurs atteint 2,64 millions au quatrième trimestre 2019. Ce chiffre est en recul de 1,4% sur un an, après -1,8% en 2018 et -0,6% en 2017. Si on retire la garde d'enfants (assistantes maternelles et garde d'enfants à domicile), la baisse est toujours présente, mais de façon un peu moins prononcée et ralentit même légèrement en 2019 : -0,6% (soit 1,8 million de particuliers employeurs), après -1,2% en 2018 et -0,2% en 2017.
De façon logique, le nombre d'utilisateurs du Cesu (chèque emploi service universel), utilisé par environ 60% des particuliers employeurs, recule également de 0,4%, mais là aussi de façon moins marquée qu'en 2018 (-1,1%), après +0,1% en 2017. L'emploi à domicile varie selon les trimestres. Si on mesure celui-ci (hors garde d'enfants) sur l'ensemble de l'année, les résultats sont légèrement lissés, avec une baisse du nombre de particuliers employeurs de 0,3%  sur l'année 2019, après une baisse de 0,6% en 2018 et de 0,3% en 2017.
Si on tient compte, par ailleurs, des difficultés rencontrées par les Saad (services d'aide et d'accompagnement à domicile), il apparaît de plus en plus que les services à domicile, notamment auprès de particuliers employeurs, peuvent difficilement passer pour l'eldorado de la création d'emplois annoncé il y a quelques années, tout particulièrement lors du plan Borloo de développement des services à la personnes, présenté en 2005.

...mais le recul est particulièrement prononcé pour la garde d'enfants

La baisse est plus prononcée encore pour la garde d'enfants (assistantes maternelles et garde d'enfants au domicile des parents), qui représente environ le tiers (32%) de salariés des particuliers employeurs. Ainsi, les assistantes maternelles poursuivent le mouvement de baisse entamé en 2013, année qui a pourtant vu la mise en place de la déduction forfaitaire, permettant à la quasi-totalité des employeurs à domicile de bénéficier d'un allègement de cotisations sociales patronales.
Le nombre de particuliers recourant à une assistante maternelle s’élève à 751.000 à la fin de 2019, soit un recul de 3,1% par rapport à la fin de l'année précédente, après -3,4% à la fin de 2018 et -1,9% en 2017. Bien que nettement moins importante parmi les modes de garde de la petite enfance (93.000 parents employeurs), la garde à domicile semble également amorcer un mouvement de baisse : -2,5% à la fin de 2019, après -0,5% en 2018 et +2,8% en 2017. En additionnant ces deux modes de garde, le recul est de 3,1% en 2019, soit une baisse équivalente à celle de 2018 (-3,0%).
Pour les assistantes maternelles, ce recul concerne le nombre de particuliers employeurs, mais aussi le volume horaire déclaré (-2,3% après -2,0% en 2018). Pour la première fois, et malgré les revalorisations, la masse salariale versée par les particuliers employeurs pour la garde d'enfants (assistantes maternelles et garde à domicile) recule légèrement de 0,1% à 4,48 milliards d'euros, après +0,3% en 2018. Sur la totalité des formes d'aides à domicile, les particuliers employeurs ont versé 8,7 milliards d'euros de salaires nets en 2019, soit un montant stable sur un an. 

Assistante maternelle : une profession vieillissante et chaque année moins nombreuse

En termes géographiques, toutes les régions connaissent un recul du recours à l'emploi à domicile en 2019. La baisse du nombre d’heures rémunérées dépasse même 3,0% dans les régions Grand Est, Normandie et Hauts-de-France, ainsi que dans les anciennes régions Auvergne et Limousin. A l'inverse, les régions qui connaissent le recul le moins prononcé sont l'Ile-de-France, Paca et l'ex Languedoc-Roussillon. L'Ile-de-France est, par ailleurs, la seule région à enregistrer une légère hausse (+0,1%) de la masse salariale versée par les particuliers employeurs en 2019, alors que d'autres régions connaissant un repli marqué, comme la Bourgogne-Franche-Comté (-4,5%), les Pays de la Loire (-3,8%), le Grand Est (-3,2%) et les Hauts-de-France (-3,0%).
Conséquence de ces évolutions : le nombre d'assistantes maternelles ne cesse de diminuer et la tendance s'accélère. Ainsi, on comptait 256.000 assistantes maternelles déclarées à la Paje (prestation d'accueil du jeune enfant) en 2019, soit un recul de 5,2%, après -4,3% en 2018 et -3,3% en 2017. Faute d'un renouvellement suffisant, il s'agit aussi d'une profession vieillissante, dont l'âge moyen a progressé de 2,7 années en dix ans, pour atteindre 48,2 ans en 2019 (contre 37,9 ans pour les gardes d''enfants à domicile). Dans le même temps, le nombre d’heures rémunérées en emploi direct (tous types de prestations confondus) a diminué de 25,8% entre 2010 et 2019.
Seule nuance à ce tableau plutôt sombre, qui devrait encore s'aggraver en 2020 avec les effets de la crise sanitaire : le recours aux entreprises prestataires pour les emplois à domicile continue de progresser. Malgré les difficultés que connaît aussi ce secteur, notamment pour les Saad, il a vu ses effectifs augmenter de 12,4% entre 2010 et 2019. Mais ce type d'intervention ne peut concerner, par nature, le travail des assistantes maternelles, qui exercent à leur domicile. 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle