Transports - L'agglomération de Rouen et Renault s'associent pour développer la voiture électrique

Le 11 octobre, à l'occasion du salon mondial de l'automobile de Paris, la communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe (Crea) a conclu avec Renault un accord de partenariat visant à développer le véhicule électrique sur son territoire. Cette agglomération n’a pas été choisie par hasard. En effet, elle fait partie des douze collectivités territoriales-pilotes* qui se sont engagées, en avril dernier, dans le cadre d’une charte signée avec les ministères de l’Ecologie et de l’Industrie, à mettre en oeuvre et expérimenter l’installation de stations publiques de recharge en pleine ville. Par ailleurs, ce rapprochement avec le constructeur a été facilité par le fait que la Haute-Normandie est une terre d’automobile. "Dans la région se concentrent les trois quarts de la filière de production automobile française et 15.000 emplois en dépendent", a précisé Laurent Fabius, président de la Crea. Renault y dispose de huit sites, dont ses principales usines à Cléon et Sandouville, ainsi que d’importantes filiales comme Sofrastock, dans l’Eure. "On ne s’en cache pas, autant ce partenariat va permettre de montrer que la voiture électrique, c’est désormais du concret, autant il nous permet de valoriser l’agglomération en tant que vitrine technologique", a ajouté l’ancien Premier ministre.
Dans un premier temps, Renault s’engage à mettre à la disposition de l’agglomération une dizaine de voitures électriques, puis une quarantaine durant la seconde phase de partenariat. Il s’agira, soit de modèles Kangoo, soit de modèles Fluence électriques, qui arriveront toutes deux sur le marché dès la mi-2011. Ces véhicules rejoindront la flotte utilisée par les services de l’agglomération mais aussi celles de la ville ou de la région, qui appuient l’opération. Financièrement, rien n’a été précisé, mais les coûts d’acquisition des véhicules (15.000 euros pour la Kangoo, 21.300 euros pour la Fluence, plus 78 euros de location de batterie/mois), tout comme ceux liés à l’installation et à la maintenance des stations de charge (une dizaine sont à terme prévues en centre-ville), seront partagés entre le constructeur et la collectivité. "On sait qu’à 90%, les futurs propriétaires de voitures électriques les rechargeront à domicile ou dans leur entreprise. Mais il faut tout de même pouvoir les recharger à l’extérieur, en réassurance. Dans ce sens, l’objectif de ce partenariat est de vérifier quelle densité d’implantation de stations est nécessaire, à quelle distance elles doivent se trouver, et de valider bien d’autres questions techniques", a conclu Patrick Pélata, directeur général délégué de Renault.


Morgan Boëdec / Victoires éditions

 

* Angoulême, Bordeaux, Grenoble, le Havre, le Grand Nancy, Nice, Orléans, Paris, pays d'Aix-en-Provence, Rennes, Rouen et Strasbourg.


 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle