Accès aux soins - Le pharmacien d'officine, pivot de l'accès aux soins

Si les pompiers sont les bédouins des déserts médicaux (voir notre article ci-contre du 14 novembre 2012), les pharmaciens en sont les vigies. C'est en tout cas le rôle que leur assigne Marisol Touraine dans le discours programme qu'elle a prononcé le 26 novembre à l'occasion de la 25e Journée du conseil national de l'Ordre des pharmaciens. La ministre des Affaires sociales et de la Santé a notamment rappelé que, "dans un contexte en mutation" (vieillissement de la population, montée en charge des poly-pathologies, meilleure information des patients, difficultés d'accès aux soins sur certains territoires...), le pharmacien d'officine reste "un acteur de proximité essentiel, mais avec des missions renouvelées". Il contribue aussi à "créer du lien dans les territoires isolés". Parmi ces nouvelles missions de santé publique figurent notamment le suivi et l'accompagnement des patients, la prévention et l'éducation thérapeutique, qui "ont un rôle essentiel dans la lutte contre les inégalités de santé".
Les pharmaciens ont également un rôle décisif à jouer dans la coordination avec l'ensemble des professionnels de santé. Sur ce point, le dossier pharmaceutique constitue - avec plus de 23 millions de dossiers ouverts à ce jour par les pharmaciens d'officine - un véritable succès, à la différence du dossier médical partagé (DMP) des médecins libéraux et hospitaliers, qui peine à décoller. Ce positionnement donne également aux pharmaciens un rôle central dans le parcours de soins des patients. Marisol Touraine s'est dite "convaincue que les couples pharmaciens/hôpital, pharmaciens/maisons de retraite ou pharmaciens/médecine de ville méritent d'être mieux valorisés".
En contrepartie, elle entend défendre le maillage territorial dense des pharmacies, spécificité française régulièrement remise en cause par Bruxelles, mais qui constitue "un atout majeur de notre système de santé". Considérant qu'"il n'est plus souhaitable que les pharmaciens soient rémunérés en fonction de la seule marge réalisée sur la vente des boîtes de médicaments", elle souhaite par ailleurs, comme son prédécesseur (voir notre article ci-contre du 28 octobre 2011), que l'acte de dispensation des médicaments soit mieux valorisé. Ceci passe par une évolution vers la mise en œuvre d'un honoraire de dispensation, question qui sera au cœur des négociations qui doivent s'ouvrir entre les représentants des pharmaciens et l'assurance maladie.
Répondant aux inquiétudes des pharmaciens, Marisol Touraine entend aussi s'assurer que la vente de médicaments sur internet ne remet pas en cause le rôle de conseil des officines et menace leur existence. Elle s'est dite également favorable à ce que le Parlement se saisisse de la question de la biologie médicale, la concentration importante des laboratoires rendant difficile l'entrée des jeunes biologistes sur le marché libéral. Un nouveau texte sur la biologie médicale pourrait donc être déposé dès le mois de janvier prochain. 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle