Le secteur du bâtiment va signer sa quatrième année consécutive de hausse

La Fédération française du bâtiment (FFB) a présenté le bilan du secteur pour 2019 et ses prévisions pour 2020. Alors qu'elle tablait, en début d'année, sur un recul de l'activité de l'ordre de 0,5%, 2019 s'achève sur un rythme de croissance quasi inchangé par rapport à 2018, soit +1,2%. Ce chiffre recouvre toutefois deux évolutions bien distinctes : une croissance soutenue (+2,4%) dans la production neuve et une quasi-stagnation sur l'amélioration-entretien (+0,2%), "l'embellie observée depuis le printemps ne permettant pas de compenser le très mauvais premier trimestre de l'année". Ces chiffres sont pratiquement identiques à ceux de 2018, avec respectivement +2,6% et +0,2%, pour une progression d'ensemble de l'activité de 1,3%.

Le contraste existe aussi au sein de la construction neuve. C'est ainsi le non résidentiel qui tire l'activité (+5,1% en 2019 après +6,0% en 2018), alors que le logement progresse beaucoup plus modestement (+0,8% après +0,7% en 2018). Contraste également au sein du logement neuf : la hausse d'ensemble de l'activité de 0,8% est en effet obtenue malgré un recul, de l'ordre de 10.000 unités, du nombre d'ouvertures de chantiers, qui devrait s'établir autour de 408.000. La FFB précise que ce recul est "imputable au seul collectif", qui "voit également ses permis s'effondrer d'environ 10%, du fait du décrochage de la commande HLM". En revanche, le logement individuel bénéficie d'un rebond de 5% de ses ventes dans le diffus, "qui s'explique par une amélioration de l'environnement macro-financier".

Conséquence de ces bons résultats d'ensemble : l'amélioration de l'emploi se poursuit dans le secteur du bâtiment. Après les 26.400 créations d'emplois de 2018, environ 34.000 nouveaux emplois devraient s'ajouter en 2019, dont 30.000 emplois salariés. Une évolution bienvenue dans un secteur qui près de 1,25 million d'emplois.

Pour 2020, les prévisions de la FFB sont nettement moins optimistes, même si elles restent positives. La Fédération prévoit ainsi une croissance d'ensemble de l'activité du secteur de l'ordre de 0,8%, répartie entre un net ralentissement sur le neuf (+0,5%, dont -1,0% sur le logement et +2,8% sur le non résidentiel) et un léger rebond pour l'amélioration-entretien (+0,9%). L'année devrait voir également la création de 10.000 nouveaux emplois. L'exemple de 2019 montre toutefois que les prévisions de la FFB peuvent être sujettes à révision en cours d'année.

Dans son intervention lors de la conférence de presse, Jacques Chanut, le président de la FFB, n'a pas manqué de mettre en avant un certain nombre d'inquiétudes. Celles-ci portent notamment sur la réforme du CITE (crédit d'impôt pour la transition écologique) et sa "transformation progressive en prime difficilement lisible et moins solvabilisatrice, pour peu que la plateforme de distribution de l'aide soit mise en place dans les délais espérés". Les inquiétudes concernent aussi la réforme du dispositif Pinel et du PTZ (prêt à taux zéro), même si ce dernier a finalement échappé à une suppression totale en zones non tendues.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle