Localtis

Logement : au 30 juin 2019, les permis de construire se redressent mais les mises en chantier baissent de 8%

Publié le
par
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis
dans

Logement

Développement économique

Cohésion des territoires

Social

France

C'est ce que révèlent les statistiques de la construction de logements à fin juin. On peut parler d'un léger repli, tant sur les logements collectifs que sur les logements individuels. Ce point à mi-année fournit également des données régionales sur l'année glissante.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire et celui de la Cohésion des territoires publient les chiffres de la construction de logements au 30 juin 2019 (permis de construire et mises en chantier). Ces chiffres permettent d'avoir une vue d'ensemble sur le second trimestre, mais aussi sur les douze derniers mois. Sur le second trimestre 2019, ils montrent, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (CVS-CJO), un redressement des autorisations de logements à la construction (permis de construire). En revanche, les mises en chantier accentuent leur repli, avec un recul de 6,1%, contre -2% au premier trimestre (voir notre article ci-dessous du 2 mai 2019).

Rebond de 3,5% pour les autorisations de logements collectifs

Au second trimestre 2019, les autorisations de logements progressent de 2,5%, après avoir reculé de 0,2% durant les trois mois précédents. La progression s'accélère pour les logements collectifs ou en résidence (+3,5% après + 2,0%), tandis que les logements individuels repartent à la hausse après un creux (+1,0% après -3,2%).

Si on considère les douze derniers mois (de juillet 2018 à juin 2019), 446.900 logements (données brutes) ont été autorisés à la construction, soit un recul, relativement limité, de 6,6% par rapport aux douze mois précédents (31.500 logements en moins). Le repli concerne principalement les logements collectifs (-10,1%), alors que les logements individuels purs et individuels groupés (lotissements) résistent mieux, avec respectivement -5,6% et -1,2%.

Du côté des mises en chantier, les plus touchés par le recul de 6,1% au second trimestre 2019 sont les logements collectifs et les logements en résidence qui voient leur baisse s'accentuer (-8,0% après -3,9% au trimestre précédent), alors que le logement individuel entame un repli (-3,1% après +1,0%).

Au cours des douze derniers mois, 409.300 logements ont été mis en chantier, soit une baisse de 5,2% (22.300 unités) par rapport aux douze mois précédents. Contrairement au cas des autorisations, cette baisse sur un an concerne avant tout les logements individuels purs (-7,5%) – autrement dit les "maisons individuelles", d'où les inquiétudes des constructeurs –, alors que les logements collectifs (-4,0%) et les logements individuels groupés (-1,4%) résistent mieux.

De bons résultats pour la Corse, les DOM et Nouvelle-Aquitaine

Comme à chaque livraison, "Stat Info" fournit également les données régionales sur l'année glissante (donc de juillet 2018 à juin 2019). Sur les douze derniers mois, seuls trois territoires enregistrent une progression des autorisations de logements : la Corse (+13,8%, mais pour un nombre modeste de 6.400 logements), les départements et régions d'outre-mer (Drom, +4%) et Nouvelle-Aquitaine (+1,4%). A l'inverse, quatre régions affichent un recul des autorisations de logements supérieur à 10% : Grand-Est (-15,6%), Bretagne (-12,9%), Provence-Alpes-Côte d'Azur (-11,9%) et Hauts-de-France (-10,9%). Avec -6,8%, l'Île-de-France se situe dans la moyenne nationale (-6,6%).

La situation est un peu différente pour les mises en chantier. Sur les douze derniers mois, on retrouve la Corse (+22,4%, mais pour seulement 4.900 logements), Nouvelle-Aquitaine (+3,4%) et les Drom (+0,2%) parmi les territoires affichant une hausse des logements commencés. S'y ajoute Bourgogne-Franche-Comté, avec +2,7%. En revanche, les régions affichant un recul de plus de 10% des mises en chantier ne sont pas les mêmes que pour les autorisations. On y trouve en effet la Normandie (-13,1%) et Occitanie (-10,9%). L'Île-de-France se situe à nouveau à proximité de la moyenne nationale (-4,5% pour -5,1%), cette proximité avec la moyenne s'expliquant pour partie par le poids de la région (88.900 logements autorisés et 82.800 commencés) dans les chiffres nationaux.

Au final, ces chiffres apportent une double information. D'une part, le repli apparu en 2018 (voir notre article ci-dessous du 29 janvier 2019) s'est globalement confirmé sur le premier semestre 2019, malgré le redressement des autorisations au second trimestre. Mais, d'autre part, il s'agit d'un repli et non d'un effondrement, les chiffres du dernier trimestre comme ceux des douze derniers mois restant encore très loin du creux de 2015.

Haut de page