Développement local - Les gîtes de France font mieux que résister à l'arrivée d'Airbnb

Le volume d'affaires des gîtes de France a une nouvelle fois augmenté d'environ 7% en 2016 malgré un contexte touristique difficile, d'après les chiffres communiqués par leur fédération, le 11 janvier. Le nombre de nuitées et le prix moyen acheté sont aussi en hausse. Avec un carnet de commandes en légèrement augmentation pour 2017, le réseau d'hébergement temporise l'arrivée d'Airbnb sur le marché et mise sur ses nouvelles offres. Toutes les régions en profitent.

"L'année 2016 a été bonne, c'était déjà le cas en 2015 et 2014." Anne-Catherine Péchinot, directrice générale de la Fédération nationale des Gîtes de France s'est félicitée le 11 janvier 2017 des résultats des gîtes et chambres d'hôtes. Les signaux sont quasiment tous au vert dans un contexte touristique pourtant difficile : augmentation du chiffre d'affaires, du nombre de nuitées, du prix acheté…
Au total, le volume d'affaires généré par les centrales de réservation s'élève à 234,2 millions d'euros en 2016, et jusqu'à 468,1 millions d'euros, si on y inclut les réservations gérées en direct par les adhérents. Ce chiffre est en hausse de 6,96% (après une hausse de 7,82% en 2015). C'est environ le double de ce que le réseau escomptait.
Le nombre de nuitées est également en hausse : 3,34 millions de nuitées générées par les centrales de réservation, 6,67 millions si on inclut les réservations directes par les propriétaires. Les clients ont par ailleurs payé leur hébergement un peu plus cher : en 2016, le prix moyen était de 462,45 euros (+2,9%) pour une location d'une semaine en gîte, et 89,99 euros pour une nuitée en chambre d'hôtes pour deux personnes avec petit déjeuner (+2,5%). Une hausse des prix que Gîtes de France, qui ne fixe pas les tarifs de location des hébergements laissés à la liberté des adhérents propriétaires, explique par les ventes par internet. "Quand les clients passent par internet, ils ont tendance à choisir des hébergements plus chers, attirés par les photos", a ainsi détaillé Anne-Catherine Péchinot. Or, les transactions par internet augmentent rapidement : elles représentent 54% des transactions, une proportion en hausse de 14,8%.
En revanche, la durée du séjour a tendance à diminuer légèrement en 2016 surtout pour les gîtes : elle correspond à 8,12 jours en moyenne (-1,44%). Il s'agit d'une tendance observée depuis plusieurs années. La durée de réservations en chambre d'hôtes progresse quant à elle de 0,94% (1,92 jour).

Toutes les régions en profitent des bons résultats !

Autre point positif : toute la France profite de la bonne tendance en 2016. Dans l'ensemble des régions, les chiffres sont à la hausse avec quelques différences ça et là. "Comme toujours la Bretagne se porte très bien, avec une offre très importante et de qualité, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a un peu souffert cette année suite aux événements (attentat de Nice), a insisté Anne-Catherine Péchinot, la région parisienne est en croissance, avec Paris intramuros qui a eu de moins bons résultats, mais ils ont été compensés par les résultats des Yvelines ou du Val d'Oise".
Les régions Pays de la Loire et Grand Est sont au premier rang en termes de progression, avec un volume d'affaires en progression de 11,9%. Suivent l'Ile-de-France (+11,2%), Auvergne-Rhône-Alpes (+ 10,5%), la Bretagne (+7,9%), Centre-Val de Loire (+7%). En queue de peloton se situent donc la région Paca (+1%), mais aussi Hauts-de-France (+1,5%).
Côté départements, c'est le Finistère qui remporte la palme avec un volume d'affaires de 10 millions d'euros pour les séjours vendus par la centrale de réservation. Viennent ensuite la Corse (8,1 millions), le Calvados (6,1 millions), la Seine-Maritime (5,7 millions), et les Pyrénées-Atlantiques (5,5 millions).

Légère hausse du carnet de commandes pour 2017

Pour 2017, Gîtes de France affiche un carnet de commandes en légère hausse, de 1,27%. "Une satisfaction" pour la fédération, qui prépare le lancement de "Trophées clients" annuels, faisant suite aux avis clients en ligne qui ont été récemment certifiés NF par Afnor. Ils primeront les hébergements jouissant d'une note globale moyenne égale ou supérieure à 4,9/5 et ayant obtenu au moins 25 avis clients sur les deux dernières années. Gîtes de France va également déployer la plateforme de tourisme collaboratif Good Spot spécialisée dans la mise en relation des voyageurs avec les talents locaux.
La fédération, qui représente quelque 60.000 gîtes et 18.500 chambres d'hôtes, compte rester vigilante sur les modalités d'application de la taxation supplémentaire prévue dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2017 publiée au Journal officiel du 24 décembre 2016. Après quatre mois de lobbying, le réseau a réusi à atténuer le dispositif de taxation initialement prévu, visant à encadrer les particuliers non déclarés, louant un local à partir de plateformes type Airbnb. Le seuil à partir duquel les propriétaires d'hébergements loués doivent s'affilier au régime spécial des indépendants (RSI) a été rehaussé (23.000 euros). Un abattement de 87% pour les meublés de tourisme a été voté, ainsi qu'une exonération d'affiliation au RSI pour les propriétaires pratiquant la location touristique comme activité "secondaire". "Pour l'instant, il y a des acquis mais la loi ne précise pas les modalités d'application, détaille à Localtis Anne-Catherine Péchinot, nous ne savons pas s'il y aura un décret qui précisera les règles". La fédération poursuit donc ses discussions avec les pouvoirs publics pour préciser tous les détails, considérant qu'il y a encore pas mal de zones d'ombre.
 


Emilie Zapalski

Gîtes de France et Airbnb : concurrents ou complémentaires ?
L'arrivée d'Airbnb sur le marché de l'hébergement a-t-elle bousculé l'activité des gîtes et maisons d'hôtes ? D'après Anne-Catherine Péchinot, directrice générale de la Fédération nationale de Gîtes de France, "s'il devait y avoir un impact, il aurait déjà eu lieu, or nos activités connaissent une croissance autour de 5% depuis trois ans". Pour la fédération, les adhérents de Gîtes de France n'ont pas la même activité que les propriétaires qui passent par la plateforme Airbnb pour louer temporairement leur propre appartement. La fédération conçoit toutefois qu'il peut y avoir des tensions çà et là, notamment quand Airbnb organise des réunions pour tenter d'attirer des propriétaires de gîtes ou de chambres d'hôtes de la marque. Et la concurrence peut se faire davantage ressentir en ville, avec la nouvelle offre, City Break que Gîtes de France a développée depuis 2011 (location de chambres d'hôtes à la nuitée ou de maisons ou d'appartements à la semaine ou en court séjour). 1.200 hébergements de ce type sont proposés par Gîtes de France, dont 150 en région parisienne. Mais globalement, pour la fédération, les deux services, Gîtes de France et Airbnb sont complémentaires.
E.Z.

 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle