L'internet coupé dans plusieurs villes suite à des actes de malveillance sur des fibres optiques

Dans la nuit du 26 au 27 avril 2022, des interruptions de connexion à internet liées à des ruptures de câbles ont été observées un peu partout en France. Survenues de manière quasi simultanée, ces coupures interpellent.

Les ruptures de fibre optique interviennent régulièrement. Souvent liées à des coups de pelleteuses malencontreux, elles peuvent aussi être générées par des interventions de techniciens, notamment lors du raccordement final des abonnés. Les incidents qui se sont produits dans la nuit du 26 au 27 avril 2022 n’ont cependant rien à voir avec le mode STOC et les problèmes de déploiement de la fibre optique.

Plusieurs grandes villes concernées

Trois coupures majeures ont en effet été recensées dans la nuit "à quelques dizaines de minutes d’intervalle" selon le fournisseur d’accès à internet Netalis interrogé par nos confrères de Numérama. Ces coupures ont touché plus particulièrement des câbles longue distance sur les axes Paris-Lyon, Paris-Strasbourg et Paris-Lille, les villes de Grenoble, Paris, Marseille et Reims étant également impactées. La plaque Bourgogne-Franche-Comté aurait même été coupée d’internet pour quelques heures. Le site Down Detector, qui centralise les remontées d’incident réseau, recensait ainsi plus de 2.200 signalements d’internautes aux alentours de 9h du matin.

Les opérateurs inégalement touchés

Les réseaux fixes comme mobiles ont été impactés mais  les quatre grands opérateurs ont été touchés inégalement. Altice (SFR) affirme ainsi sur Twitter avoir été la cible d'actes de vandalisme autour de Paris et de Lyon. Free, photos de câbles sectionnés à l’appui, évoque également de "multiples actes de malveillances" sur l'infrastructure fibre durant la nuit et la matinée, des incidents que l'opérateur affirme avoir "circonscrits". Bouygues Telecom a indiqué ne pas utiliser "les liens concernés par ces dysfonctionnements" et Orange ne déplorant sur son réseau "aucun incident en lien avec ce sujet".

Un acte de malveillance particulièrement grave

Intervenues entre 3 et 5 heures du matin de manière quasi simultanée, ces coupures intentionnelles sur des infrastructures enterrées ont de quoi interpeller. Une source officielle a déclaré à nos confrères de l'Obs qu'il s'agit "d'un acte de malveillance coordonné" particulièrement "grave" et "très rare". Une enquête a été lancée pour faire toute la lumière sur des actes assimilables à du cyberterrorisme. Le secrétaire d’Etat aux communications électroniques Cédric O a pour son part assuré sur Twitter que le rétablissement du service était en cours et a invité les personnes coupées d’internet à utiliser le 112. Philippe Le Grand, président de la fédération d’industriels Infranum a de son côté exprimé "sa solidarité" et rappelé que "les réseaux étaient essentiels pour la vie de nos concitoyens et de nos entreprises, leur résilience est un grand enjeu".

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle