Sports - Normes des patinoires : la fédération de hockey sur glace jette un froid

Entre les élus au sport et la Fédération française de hockey sur glace (FFHG), la communication patine. En effet, dans un courrier adressé le 19 décembre dernier aux présidents de ses quelque 120 clubs affiliés, la FFHG explique qu'"afin d'agrandir les zones d'attaque et de favoriser ainsi les attaquants, la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a décidé de changer la position des lignes bleues [tracées sur le sol des patinoires, ndlr]". Et la FFHG d'ajouter que "les axes des lignes bleues se situeront donc désormais à 22 m 86 des extrémités de la patinoire, et ce, quelle que soit la longueur de la patinoire réglementaire", tandis que "les points d'engagement situés en zone neutre seront situés à la même distance des lignes bleues qu'auparavant". "Par conséquent, toutes les patinoires, dont les longueurs sont comprises entre 60 m et 56 m, accueillant une rencontre de hockey sur glace, devront, à partir du 1er juillet 2015, disposer de ces nouveaux tracés", précise encore la FFHG, avant de conclure : "Nous vous remercions de bien vouloir communiquer cette mesure, dès que possible, à l'exploitant de la patinoire sur laquelle votre club évolue, afin qu'il puisse anticiper son application."

"Courrier illégal"

Or il se trouve que dans l'immense majorité des cas, les exploitants des quelque 120 patinoires concernées ne sont autres que les collectivités locales. Lesquelles ont rapidement été confrontées aux demandes de leurs clubs respectifs. Devant l'interrogation suscitée par ces requêtes, plusieurs communes ont saisi l'Andes (Association nationale des élus en charge du sport). Cette dernière, loin de botter en touche, a rédigé un courrier à l'ensemble de son réseau. Pour l'Andes, les choses sont claires : "Le contenu de ce courrier [de la FFHG] est illégal, en raison de l'absence de saisine de la Commission d'examen des règlements fédéraux relatifs aux équipements sportifs (Cerfres)." L'association ajoute même qu'"à ce titre, les villes n'ont aucune obligation de prendre en compte ces exigences fédérales".

Un règlement en attente depuis 2011

Pour que le règlement portant sur une installation sportive soit imposable à son propriétaire, il convient effectivement, comme le souligne l'Andes, qu'il soit présenté et approuvé par la Cerfres. Or le règlement des patinoires, qui émane de deux fédérations distinctes – la FFHG et la Fédération française des sports de glace (FFSG) – se fait attendre depuis de nombreuses années. En 2011, la présentation obligatoire de sa notice d'impact avait été retardée. L'année suivante, c'est le règlement tout entier – prévoyant notamment des vestiaires de 120 m2 et une piste de glace supplémentaire dans chaque patinoire accueillant un club de hockey de haut niveau – qui avait suscité une levée de bouclier de la part du Syndicat national des patinoires. Selon nos informations, l'examen du règlement commun du projet de règlement de la FFHG et de la FFSG n'est pas à l'ordre du jour de la prochaine réunion de la Cerfres, prévue en mars 2015. Une échéance importante risque cependant de précipiter le dénouement de ce dossier : Paris accueillera les championnats du monde de hockey sur glace en mai 2017, et il semble difficile d'imaginer qu'à cette occasion les patinoires françaises ne soient pas aux normes internationales.
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle