Open data : 60% des collectivités de plus de 100.000 habitants ont ouvert leurs données

Même si "90% des collectivités ne respectent pas encore leurs obligations, 2 ans après la date limite d’application de la loi République numérique", le bilan de l’édition 2020 de l’observatoire Open data des territoires, publié en octobre, apporte son lot de bonnes nouvelles : 60% des collectivités de plus de 100.000 habitants ont ouvert leurs données, 100% des régions et 60% côté départements.  Un gros travail d'amélioration du processus de publication des données reste à faire ! 

Comme les années précédentes, l’association OpenDataFrance, publie en octobre “l'observatoire des open data des territoires” et constate encore en 2020 "sans surprise"  “un écart très important entre les grosses collectivités et les plus petites”. 60% des collectivités de plus de 100.000 habitants (1) ont ouvert leurs données. En dessous de ce seuil, seules 7% d’entre elles arrivent à le faire. Ainsi vont les règles en matière d'open data local : plus la taille diminue, moins la collectivité s’engage. Ce qui n'empêche pas OpenDataFrance de s’interroger sur une tranche spécifique de collectivités : celles entre 20.000 et 80.000 habitants :  "seules 21% des collectivités de taille intermédiaire sont ouvertes", relève l'association qui estime “raisonnable de penser qu’un travail d’accompagnement spécifique permettrait de passer au-delà de 50% rapidement”. Et d’enfoncer le clou : “à cette échelle, les collectivités ont quand même les moyens de mener une politique d’ouverture qui serait profitable à la dynamique de transparence et de performance de l’intercommunalité à laquelle elles appartiennent”. 
Côté région, en revanche, c’est “enfin” du 100% en France et dans les territoires d’outre-mer, se félicite OpenDataFrance. Les départements quant à eux poursuivent leur progression, “avec près de 60% d’ouverture”.

740 acteurs territoriaux en Open data 

Globalement, l’analyse publiée au mois d’octobre recense 576 collectivités territoriales qui ont publié des données en opendata. Elle y ajoute 144 structures publiques ou privées investies d’une mission de service public, ce qui fait “un total de 740 acteurs territoriaux”. En évaluant uniquement les 5.101 collectivités concernées par la loi République numérique - celles dont le nombre d’habitants est supérieur à 3.500 - , OpenDataFrance comptabilise 491 collectivités aux données ouvertes, soit 9,6%, “ce qui laisse une marge de progression très importante”, souligne l’association, avant de reformuler sa conclusion de manière plus radicale : “90% des collectivités ne respectent pas - encore - leurs obligations, deux ans après la date limite d’application des dispositions prévues dans la loi République numérique [...]”.
L’analyse souligne par ailleurs un rythme de publication des données “régulier” - environ 120 nouvelles collectivités ouvertes entre octobre 2019 et octobre 2020, un chiffre similaire à celui des deux années précédentes. 

Un portail open data dédié, pour 74% des collectivités 

En termes de stratégie de publication, OpenDataFrance constate qu’en 2020 la répartition des choix d’espace de publication est la même qu’en 2019 : 74% sur un portail open data dédié ou mutualisé, 20% sur une plateforme d’information géographique et 6% sur un portail web  “classique”. Pour la publication des données, Data.gouv reste la principale plateforme d’hébergement avec 41% des collectivités, suivie des plateformes sous technologies OpenDataSoft (28%) ou open source CKAN (13%).
“Tous hébergeurs et technologies confondus, la plateforme OpenDataSoft accueille cependant le plus grand nombre de données avec 6.079 (39%) des 15.572 jeux de données publiées au total”, précise l’association qui “regrette le manque de mutualisation des plateformes” : “à quelques exceptions près, la majorité (78%) des acteurs publient leurs données sur un portail propre”. "Une plateforme mutualisée est une pratique très vertueuse qui permet de réduire les coûts et les délais tout en favorisant la visibilité et l’interopérabilité des données qu’elles publient”, ne manque pas de rappeler OpendataFrance.


Hétérogénéité des formats, manque d'interopérabilité et de fraîcheur 

Autre donnée saillante de l’étude : les 15.572 jeux de données publiées par les 740 acteurs territoriaux, le sont sur... 160 portails open data. Une “dispersion des lieux de publication” qui a contribué à une “grande hétérogénéité dans les formats, donc dans l’interopérabilité et la réutilisation des données”, regrette l’association. Face à ce constat, OpenDataFrance rappelle qu’elle propose des “outils permettant pourtant de prioriser et de normaliser les données à publier et formule des recommandations pour mutualiser les plateformes et créer des référentiels territoriaux ou thématiques”, comme “OpenDataLocale” notamment. 
Dans sa démarche, l’association en profite également pour rappeler que “les standards de publication ne sont pas suffisants” : “la qualité intrinsèque des données est encore à améliorer”, même s’il n’y a pas “de métrique évidente”. "Complétude" et "régularité de mise à jour des données" sont “des éléments simples à observer”, rappelle-t-on dans cette édition qui illustre son propos par le fait que “la fraîcheur des données n’est pas respectée dans près de 92% des cas !”.  “Il y a sur ce sujet un gros travail d’amélioration des processus de publication”, conclut l'association qui encourage fortement la démarche qu’elle juge “incontournable pour garantir la confiance des ré-utilisateurs dans les données produites”. A bon entendeur…

(1) cela intègre les métropoles et les plus grosses intercommunalités