Communication publique - Région Sud : ne l'appelez plus jamais "Paca"

Le conseil régional de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a délibéré, le 15 décembre, pour se débarrasser de son acronyme "Paca". Le nom officiel reste inchangé, mais il sera précédé par l'apposition du nom "Région Sud", avec l'espoir que celui-ci remplace le peu flatteur "Paca". Au même moment, à l'autre bout de la France, le président de la région "Grand Est" demandait à TripAdvisor de revenir aux appellations historiques "Alsace", Lorraine" et "Champagne-Ardenne" dans l'arborescence de son site (notre encadré).

Seul territoire désigné majoritairement par son acronyme, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur entend aujourd'hui se débarrasser d'une appellation de fait qui - selon son nouveau président, Renaud Muselier - "ne veut rien dire". Ce n'est pas la première fois que la région cherche ainsi à se libérer de son encombrant - et peu flatteur - acronyme. Il y a huit ans, profitant de la mission confiée par Nicolas Sarkozy à Edouard Balladur sur la refonte des régions, Michel Vauzelle, alors président du conseil régional, avait lancé l'idée d'une consultation pour modifier le nom de la collectivité (voir notre article ci-dessous du 19 mai 2009). Comme les travaux de la commission Balladur, cette initiative n'avait finalement pas abouti.

Pas de changement de nom sans loi

Outre la difficulté du choix d'un nom correspondant à trois territoires très différents - aucune tendance ne s'était d'ailleurs vraiment dégagée des suggestions faites alors sur internet -, le changement de nom se heurte aussi à un sérieux obstacle juridique. Alors qu'un décret suffit pour changer le nom d'une commune ou d'un département, il faut passer par une loi pour modifier celui d'une région. Sur ce point, on se souvient du coûteux échec de la dernière tentative en date - la Septimanie voulue en 2004 par Georges Frêche pour remplacer le Languedoc-Roussillon -, abandonnée avant même d'atteindre l'étape législative. Certes, la loi Notr du 7 août 2015 a prévu un changement de nom par décret en Conseil d'Etat après consultation du conseil régional, mais cette procédure ne s'applique qu'aux seules régions redécoupées par la loi.

Une approche plus pragmatique

Renaud Muselier a donc choisi une autre voie, plus pragmatique mais dont le succès n'est pas forcément garanti. Ainsi, la région continuera de s'appeler Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui reste la dénomination officielle. Mais ce nom sera désormais précédé de l'apposition "Région Sud". Comme l'explique le président de la région, "le but n'est pas de changer de nom, mais de faire entrer dans les esprits et les réflexes cette Région Sud, bien plus significative et agréable à prononcer que Paca pour tout le monde".
Préparé depuis quelques temps, ce changement devrait se concrétiser dès le mois de janvier 2018. La nouvelle "dénomination" Région Sud Provence-Alpes Côte d'Azur - impossible à transformer en un acronyme prononçable - sera alors utilisée sur les documents de communication internes et externes et sera accompagnée d'une évolution du logo intégrant ce changement. Avec l'espoir non dissimulé que "Région Sud" devienne progressivement l'expression courante et fasse disparaître l'acronyme Paca.

Une marque ombrelle qui sera déposé à l'Inpi

Dans sa délibération du 15 décembre, le conseil régional a également autorisé le dépôt de "région Sud" à l'Inpi (Institut national de la propriété industrielle). Un dépôt logique pour ce qui s'apparente davantage à une marque ombrelle qu'à un nouveau nom proprement dit.
Reste une inconnue : l'expression "Région Sud" ne devrait être utilisée - au moins dans un premier temps - que par le conseil régional et ses services, mais pas par les autres acteurs comme l'Etat (préfecture de région, ARS, services extérieurs...), qui continueront d'utiliser le nom officiel et l'acronyme Paca. Dans ces conditions, celui-ci est-il réellement condamné à disparaître un jour ?... 
 

La région Grand Est veut conserver les appellations de ses anciennes régions dans les référencements touristiques
Jean Rottner, président de la région Grand Est, a adressée le 12 décembre un courrier à TripAdvisor lui demandant de bien vouloir revenir aux appellations historiques "Alsace", "Lorraine" et "Champagne-Ardenne" dans l'arborescence de son site internet . "S'ils ne correspondent plus à une dénomination administrative (NDLR : depuis la loi Notr) ces noms n'en restent pas moins des références déterminantes tant pour les visiteurs que pour les habitants de ma région", a-t-il plaidé. De plus, ils participent "à la communication et au marketing des établissements (de tourisme)".
"Je souhaite bien évidemment que la région Grand Est puisse être reconnue comme territoire remarquable, écrit Jean Rottner, mais j'ai également à cœur de faire vivre les identités territoriales et les marques qui ont su traverser les siècles".
V.L.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle