Localtis

Environnement - Ségolène Royal mise sur la croissance verte

Ségolène Royal a présenté ce 25 avril le programme de travail du ministère de l'Ecologie et les principaux chantiers prioritaires qui seront engagés d'ici l'été. Elle a notamment assuré que le projet de loi sur la transition énergétique passera en commission à l'Assemblée nationale en juillet et table sur la création de 100.000 emplois verts d'ici trois ans.

"Mon objectif sur les trois ans, c'est de créer 100.000 emplois grâce à (la) transition écologique et énergétique", a déclaré Ségolène Royal ce 25 avril, lors de sa première conférence de presse en tant que ministre de l'Ecologie du gouvernement Valls. Elle a affirmé qu'elle voulait que "les Français ressentent le plus rapidement possible cette mutation". L'objectif des 100.000 emplois verts en trois ans, notamment dans les secteurs de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, avait déjà été affiché en décembre 2012 lors d'un séminaire gouvernemental sur la transition écologique. La ministre de l'Ecologie d'alors, Delphine Batho, avait à l'époque estimé que cet objectif était "crédible".
Pour que la croissance verte soit en mesure de créer "100.000 emplois sur trois ans", la nouvelle ministre de l'Ecologie mobilisera les grandes entreprises du secteur, "dont certaines ont déjà été rencontrées depuis ma nomination", et surtout, à raison d'une par semaine, les fédérations d'éco-activités, "à commencer par les métiers de l'isolation, en leur garantissant que la prochaine loi sur la transition énergétique tiendra compte de leurs attentes, qu'elle fournira un cadre, que les financements, la stabilité fiscale seront au rendez-vous". Et comme "une loi ne suffit pas", l'accent sera mis en parallèle sur la "mobilisation, la mise en mouvement des territoires, dont les bonnes pratiques et pôles d'excellence sont à généraliser". Ségolène Royal a cité l'exemple des régions ayant mis en place des micro-prêts à taux zéro pour des travaux d'isolation - "cela marche et a donc vocation à se généraliser et à s'étendre aux foyers à revenus moyens, sans quoi les carnets de commandes des entreprises et artisans réalisant ces travaux resteront instables et fragiles". Avant même que la loi entre en commission à l'Assemblée nationale en juillet, dès les semaines à venir donc, le ministère va s'atteler à mettre en avant les réalisations jugées exemplaires de territoires ayant déjà fait un pas vers la transition énergétique. La ministre a aussi réitéré sa promesse de maîtriser les tarifs de l'électricité au cours "des trois ans qui viennent". En termes d'efficacité énergétique, elle s'est voulue particulièrement volontariste en estimant que "toute nouvelle construction devrait être à énergie positive", en commençant par "tous les bâtiments publics" comme les écoles. "Je ferai dans les semaines qui viennent et avec Sylvia Pinel [ministre du Logement, ndlr] des propositions pour prolonger le plan de rénovation énergétique de l'habitat", a encore affirmé Ségolène Royal.

Energies renouvelables, qualité de l'air, Code minier, biodiversité...

Pour accélérer les filières d'énergie renouvelables, un nouvel appel d'offres sur les installations solaires photovoltaïques de grande puissance va être lancé. Les lauréats du second appel d'offres sur l'éolien en mer seront dévoilés la semaine prochaine. Il concerne deux parcs au large du Tréport (Seine-Maritime) et des îles d'Yeu et Noirmoutier (Vendée). Deux consortiums menés d'une part par EDF et de l'autre par GDF Suez sont en concurrence. La ministre a par ailleurs confirmé que de nouvelles zones allaient être identifiées en vue d'un nouvel appel d'offres pour l'éolien en mer, "posé mais aussi flottant".
Un décret visant à simplifier les procédures d'autorisation pour les projets de géothermie minime ou de moyenne importance sera prochainement signé, a assuré Ségolène Royal. La ministre croit également beaucoup dans le potentiel de développement de la méthanisation : "Sans forcément lancer des appels à projets, elle peut être rapidement développée en rapprochant agriculteurs, professionnels et territoires." La préparation de la conférence bancaire et financière de la transition énergétique, qui se tiendra comme prévu en juin, est en cours.
Concernant la qualité de l'air, la ministre s'est engagée à faire aboutir les 21 plans de protection de l'atmosphère (PPA) qu'il reste localement à adopter. "Il y a 42.000 morts prématurées par an liées aux particules fines, c'est la santé de nos enfants et la nôtre qui est en jeu." "Dépasser ce qui semble irréconciliable", "pousser vers la convergence" : la ministre veut que dans ces dossiers environnementaux, l'Etat soit force d'impulsion et "donne envie d'avancer". Présidents et préfets de région seront ainsi amenés à s'entendre et se rapprocher notamment sur les volets mobilité, énergie et biodiversité des prochains contrats de plan Etat-région (CPER). La ministre a souhaité qu'un volet "villes et territoires à énergie positive" soit inscrit dans ces contrats de plan et que tous les volets "mobilité" aboutissent.
Parmi les chantiers prioritaires, elle a encore cité la finalisation du projet de loi réformant le Code minier, l'examen du projet de loi Biodiversité et le lancement des travaux de préfiguration de l'Agence française de la biodiversité et l'approbation de  la stratégie nationale de gestion du risque inondation. "Près d'un Français sur quatre et un emploi sur trois sont exposés au risque d'inondation, a-t-elle rappelé. Cette stratégie sera approuvée par le gouvernement avant l'été". L'élaboration du plan Déchets 2020, les modalités de financement des infrastructures de transport et l'examen au Parlement du projet de loi de réforme ferroviaire figurent aussi parmi ses principaux chantiers.

Des dossiers en attente

Ségolène Royal a encore mis l'accent sur l'éducation à l'environnement, le lien santé-environnement (une stratégie sur les perturbateurs endocriniens va être prochainement publiée) et la "mobilisation des régions en faveur de la protection des espèces menacées".
Elle a remis à plus tard les annonces, notamment sur l'écotaxe, dossier toujours dans l'attente d'un "arbitrage" à Matignon. Pour "sortir de cette impasse" sur l'écotaxe, la ministre a rappelé que l'objectif était de "trouver un système de financement juste et pérenne pour financer les infrastructures mais qui soit en même temps compréhensible et réalisable". "Nous y parviendrons", a-t-elle assuré. Sur d'autres dossiers sensibles, la ministre est aussi restée prudente, renvoyant la question de la la fermeture de réacteurs nucléaires à la future loi sur la transition énergétique et celle du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes à la fin des recours déposés par les opposants. 

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page