Tourisme : Bpifrance lance le fonds Fast pour accompagner le rebond des PME

À l'occasion d'une conférence de presse le 10 décembre, Bpifrance, déjà très engagée dans le plan Tourisme, a annoncé le lancement opérationnel du fonds Fast (Fonds avenir et soutien tourisme). Sa création s'inscrit en complément "des mesures d'urgence mises en place par Bpifrance dès le 13 mars et renforcées mi-mai par le déploiement conjoint, avec la Banque des Territoires, d'un plan de relance dédié au Tourisme" (voir notre article du 14 mai 2020). Il se situe néanmoins dans une optique davantage "offensive" d'accompagnement du rebond des entreprises du tourisme, à la différence du plan Tourisme, destiné avant tout à protéger le secteur des conséquences du confinement et de la désertion des touristes étrangers..
Le fonds Fast vise les TPE et les PME du secteur et entend les doter d'"un nouvel outil de quasi fonds propres", dont la vocation est de "renforcer la structure capitalistique et la trésorerie des entreprises du tourisme, afin de favoriser leur rebond et le déploiement pérenne de leur activité". Pour Nicolas Dufourcq en effet, le directeur général de Bpifrance, "l'industrie du tourisme nécessite une mobilisation massive de l'ensemble de l'écosystème du financement et de l'accompagnement, pour soutenir des entreprises qui ont déjà démontré, par le passé, leur résilience et de leur grande capacité d'adaptation".
Doté de 80 millions d'euros, le fonds Fast est ouvert à tous les acteurs de la chaîne touristique – hôteliers, restaurateurs, exploitants de parcs de loisirs, voyagistes, croisiéristes... – sous réserve que l'entreprise compte plus de trois ans d'existence, soit constituée sous forme de SA ou de SAS (société anonyme simplifiée) et réalise au moins 500.000 euros de chiffre d'affaires. L'objectif est "d'accompagner plus de 300 entreprises avec des tickets d'investissement compris entre 50.000 et 400.000 euros", sous la forme d'obligations convertibles. A ce jour, le groupe Caisse des Dépôts a déjà souscrit au fonds Fast à hauteur de 60 millions d'euros. Le solde est souscrit par Bpifrance et par les régions Hauts-de-France et Pays de la Loire.
À l'occasion de la conférence de presse du 10 décembre, Bpifrance a par ailleurs présenté d'intéressantes "estimations de rebond d'activité par segment". Pour l'hôtellerie économique et les équipements culturels et de loisirs, la reprise serait rapide dès le printemps 2021, avec le retour de la clientèle domestique. La reprise pourrait également être rapide dès le printemps prochain pour les bars et la restauration, mais cela reste "aléatoire en fonction des restrictions éventuelles". Au printemps-été 2021, le tourisme de santé et de bien-être devrait aussi connaître une reprise rapide. À partir de mai-juin, ce serait au tour des campings (y compris ceux ayant une importante clientèle européenne), des villages vacances, des résidences et des locations de connaître un rebond grâce à la clientèle domestique (reproduisant ainsi ce qui s'est passé à l'été 2020). En revanche, les MICE (centres de congrès et parcs d'exposition) ne connaîtront pas de reprise significative avant septembre 2021. La situation sera plus difficile encore pour l'hôtellerie haut de gamme et les agences de voyages et tour-opérateurs qui, en raison du lent redémarrage du trafic aérien, connaîtront une reprise très progressive, s'étalant de mai-juin 2021 jusqu'à 2022 et au-delà.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle