Tourisme - Bilan en demi-teinte pour les hébergements touristiques en 2013

L'Insee publie le bilan des hébergements touristiques en 2013. Dans le contexte de la crise économique, les résultats apparaissent plutôt satisfaisants. Après avoir stagné en 2012, la fréquentation totale des hébergements collectifs progresse de 0,7% et frôle les 400 millions de nuitées (399,7 millions). Cette progression d'ensemble recouvre toutefois des tendances contrastées selon le mode d'hébergement.

Campings et résidences de tourisme, les gagnants de 2013

Les gagnants de l'année sont ainsi les campings, qui voient leur nombre de nuitées - sur la période de mai à septembre 2013 - progresser de 2,8% à 108,7 millions (voir notre article ci-contre du 10 avril 2014), et les résidences de tourisme et résidences hôtelières, qui progressent de 1,5% à 68,2 millions de nuitées (voir notre article ci-contre du 3 avril 2014).
A l'inverse, les hôtels, qui représentent près de la moitié de l'activité d'hébergement collectif (197,9 millions de nuitées l'an dernier), reculent de 0,3%. Les autres formules d'hébergement collectif (villages vacances, maisons familiales, auberges de jeunesse et centres sportifs) voient leur activité baisser de 2,3%, à 24,9 millions de nuitées.

La France à la traîne de l'Europe

Ce résultat d'ensemble plutôt correct par les temps qui courent ne doit toutefois pas être surestimé. En matière de tourisme aussi, la France est à la traîne de la reprise. L'Insee précise en effet que si le nombre total de nuitées augmente de 0,7% en France en 2013, la tendance de l'Union européenne est plus de deux fois supérieure, avec une progression de 1,6% (pour 2,6 milliards de nuitées). La France conserve toutefois la première place européenne avec ses 399,7 millions de nuitées, suivie de près par l'Espagne (389 millions) et l'Italie (363 millions).
Autre signe de l'écart dans les évolutions économiques : c'est la clientèle étrangère qui sauve l'année 2013 pour les hébergements collectifs français. Le nombre de nuitées pour des clients étrangers progresse en effet de 5,2% dans les hôtels (contre -3,1% pour les clients français), de 5,1% dans les campings (contre +1,6%), de 1,9% dans les résidences de tourisme et hôtelières (contre +1,3%) et de 11,5% dans les autres formes d'hébergement collectif (contre -3,8%).
Le phénomène est particulièrement frappant dans l'hôtellerie. En 2009 - au plus fort de la crise économique -, la fréquentation étrangère s'était effondrée de 13 points, alors que la fréquentation française continuait de progresser sur la tendance d'avant crise. Aujourd'hui, c'est l'inverse qui se produit. La fréquentation des hôtels par les touristes français décroche depuis 2011, alors que celle des touristes étrangers s'est redressée à partir de 2010, à un rythme qui s'est encore accéléré en 2013. Le phénomène se retrouve aussi, mais avec des contrastes moins marqués, pour les campings.

Les hôtels sauvés par la clientèle étrangère

Dans les hôtels, les touristes étrangers les plus nombreux sont les Anglais (11,3 millions de nuitées et +3,9%) - qui font leur grand retour -, les Américains (7,7 millions et +15,3%), les Allemands (6,4 millions et +1,6%), les Belges (5,3 millions et +0,5%) et les Italiens (5,2 millions et -3,5%). Les hôtels connaissent aussi une forte poussée des clientèles extra-européennes : +15,9% pour l'Asie-Océanie et +11,2% pour l'Afrique. Elles représentent désormais (Etats-Unis compris) près du tiers des nuitées étrangères, contre un peu plus du quart en 2010.
Du côté des campings, les principaux clients étrangers sont les Hollandais (14,1 millions de nuitées et -4,3%), les Allemands (7,0 millions et +10,1%), les Anglais (6,7 millions et +19,1%) et les Belges (4,2 millions et +4,3%).
Quelle que soit la forme d'hébergement, la fréquentation étrangère progresse principalement sur le littoral et dans les espaces urbains. L'Insee relève au passage que "Marseille-Provence, capitale européenne de la culture" a eu un impact positif sur les taux d’occupation des hôtels de l’agglomération marseillaise. Les nuitées y augmentent en effet de 12%, alors que la fréquentation globale dans la région Paca s'est tassée en 2013 (-0,9%).

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle