En 2016, Airbnb a collecté 7,3 millions d'euros de taxe de séjour et va étendre le dispositif à 31 villes

Airbnb annonce avoir collecté, en 2016, 7,3 millions d'euros de taxe de séjour au profit de 20 communes françaises. Aujourd'hui, la plateforme de réservations touristiques en ligne entre particuliers promet l'extension du dispositif à 31 villes supplémentaires, à compter du "printemps 2017".

Airbnb, la plateforme de réservations touristiques en ligne entre particuliers, annonce avoir collecté, en 2016, 7,3 millions d'euros de taxe de séjour au profit de 20 communes françaises. Après avoir un temps envisagé un bras de fer avec les autorités françaises, Airbnb a finalement préféré rechercher une solution à l'amiable. Un accord avait ainsi été trouvé en août 2015 avec la ville de Paris (voir notre article ci-dessous du 31 août 2015) : depuis le 1er octobre 2015, la plateforme d'intermédiation touristique prélève auprès de ses clients une taxe de séjour de 83 centimes d'euro par nuitée et par personne. Un montant aligné sur celui de la taxe applicable aux chambres d'hôtes dans la capitale.
En juin 2016, la perception de la taxe de séjour par Airbnb avait été étendue (à compter du 1er août) à 18 grandes villes - Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Strasbourg et Toulouse - et villes moyennes touristiques françaises - Aix-en-Provence, Ajaccio, Annecy, Antibes, Avignon, Biarritz, Cannes, La Rochelle et Saint-Malo (voir notre article du 17 juin 2016). Chamonix ayant rejoint Paris juste après l'instauration de la "taxe Airbnb" dans la capitale, ce sont au total 20 villes françaises qui se sont partagé les sommes collectées l'an dernier par la plateforme.

Continuer à travailler avec les villes

Aujourd'hui, Airbnb annonce, dans un communiqué, l'extension du dispositif à 31 villes supplémentaires, à compter du "printemps 2017". La liste mêle des stations touristiques, comme Les Deux-Alpes, et une nouvelle série de villes moyennes - pas forcément touristiques mais proches de sites touristiques - comme Angers, Boulogne-Billancourt ou Versailles. Le montant de la taxe collectée reste fixé à 0,83 euro par personne et par nuitée.
Pour Emmanuel Marill, directeur d'Airbnb France, il s'agit de "continuer à travailler avec les villes, afin de simplifier la collecte et le reversement de la taxe de séjour pour les hôtes sur Airbnb. Pionniers au sein de notre industrie, nous voulons permettre aux villes et aux territoires de bénéficier davantage des retombées économiques du tourisme et de notre communauté".
Pour mémoire, Airbnb a enregistré l'an dernier huit millions de réservations en France, cette dernière constituant le second marché mondial de la plateforme, derrière les Etats-Unis. Au total, Airbnb a collecté l'an dernier 175 millions d'euros de taxe de séjour dans plus de 220 villes à travers le monde.
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle