La Cnaf finance 500.000 masques transparents pour les crèches et élargit les aides aux Eaje

Le conseil d'administration de la Cnaf a modifié une nouvelle fois ses aides aux établissements d'accueil du jeune enfant, en décidant un assouplissement des conditions pour bénéficier de l'aide aux places fermées. Il a par ailleurs voté le financement de l'acquisition et de la distribution de 500.000 masques transparents pour les personnels des crèches et des maisons d'assistantes maternelles.

Réuni le 17 novembre, le conseil d'administration de la Cnaf (Caisse nationale des allocations familiale) a modifié une nouvelle fois ses aides aux établissements d'accueil du jeune enfant (Eaje, voir nos articles ci-dessous), en tenant compte du nouveau contexte induit par le reconfinement, mais aussi, pour partie, afin de répondre aux demandes formulées par l'AMF (Association des maires de France), la FFEC (Fédération française des entreprises de crèches) et l'Uniopss (voir notre article ci-dessous du 5 novembre 2020). Par une autre délibération, le conseil d'administration a également acté le financement de l'achat de 500.000 masques transparents pour les professionnelles des crèches et des maisons d'assistantes maternelles.

Deux nouveaux cas de figure pour l'éligibilité à l'aide exceptionnelle

Le 6 octobre dernier, face au retour du Covid-19, le conseil d'administration de la Cnaf avait déjà décidé de prolonger jusqu'au 31 décembre 2020 ses "aides exceptionnelles aux crèches et maisons d'assistants maternels (MAM) fermées en partie ou totalement en raison de la Covid", suspendues depuis le 31 juillet (voir notre article du 9 octobre 2020). Mais cette reprise était assortie de conditions très restrictives, suscitant les réactions de l'AMF, de l'Uniopss et de la FEEC évoquées plus haut.
Face au retour du confinement, le conseil d'administration a donc décidé, le 17 novembre, un assouplissement des conditions pour bénéficier de l'aide aux places fermées. Dorénavant et jusqu'au 31 décembre, les aides exceptionnelles en faveur des crèches et des MAM prendront en compte deux nouveaux cas de figure. Tout d'abord, le motif "personnes vulnérables" parmi les motifs d'absence de personnel acceptés en cas de fermeture partielle ou totale par le gestionnaire. Le communiqué précise que "si le gestionnaire doit réduire sa capacité d'accueil, voire fermer totalement son établissement en raison de l'absence d'un nombre important de professionnels malades de la Covid, cas contact, placés en activité partielle ou en autorisation spéciale d'absence en tant que personne vulnérable après avis médical, le gestionnaire pourra demander l'aide exceptionnelle a? compter du 1er septembre". Second cas de figure rendant désormais éligible à l'aide exceptionnelle : celui des places inoccupées par des enfants dont au moins un des parents est cas contact ou prive? d'activité en raison des mesures prises par le gouvernement (travailleurs indépendants ou salariés places en activité partielle).

500.000 masques transparents

Le conseil d'administration a également voté, "à titre exceptionnel et unique", le financement de l'acquisition et de la distribution de 500.000 masques transparents pour les personnels des crèches et des MAM. Chaque professionnel recevra trois de ces masques transparents, qui sont en principe lavables. Au total, près de 458.000 masques seront ainsi distribués dans les 17.000 crèches financées par la prestation de service unique (PSU) et la prestation d'accueil du jeune enfant (Paje), tandis que 42.000 masques seront distribués dans les 3.500 MAM.
Cette prise en charge des masques transparents par la Cnaf se fait sur la forte insistance d'Adrien Taquet, le secrétaire d'État à l'Enfance et aux Familles, pour qui "accéder aux visages et aux émotions des adultes qui les entourent au quotidien est un facteur clé du bon développement des jeunes enfants". Dans un communiqué du 17 novembre, Adrien Taquet et Olivier Véran " saluent le vote du conseil d'administration de la Cnaf". Ils précisent que cette opération, qui sera complétée par la diffusion d'un document d'information, a pour objectif "d'initier un mouvement d'équipement des professionnels par les employeurs".
Contrairement à ce qu'indique le communiqué de la Cnaf à propos de la prise en charge des frais de distribution des masques, celui des deux ministres explique qu'"un partenariat inédit avec Chronopost permettra d'assurer gracieusement la livraison de ces 500.000 masques [aux professionnels] sur leurs lieux d'exercice respectifs".
On notera enfin que certaines villes n'avaient pas attendu cette prise en charge pour initier une distribution de masques transparents dans leurs crèches : Nantes, Rouen, Niort, Élancourt dans les Yvelines (voir illustration), Alfortville dans le Val-de-Marne...

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle