Culture - La DGD financera l'extension des horaires des bibliothèques

Dans son rapport rendu public le 2 novembre, la sénatrice Sylvie Robert formule 18 préconisations, afin que les bibliothèques françaises accompagnent les mutations technologiques et sociétales du XXIe siècle. Au-delà d'un geste limité de l'Etat, la question du financement de l'extension des horaires d'ouverture reste entière. Fleur Pellerin a annoncé que la Dotation générale de décentralisation financera cette extension.

Lors d'une conférence de presse dans les salons du ministère de la Culture et de la Communication, Sylvie Robert, sénatrice d'Ille-et-Vilaine, a présenté lundi 2 novembre le rapport sur l'adaptation et l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques publiques que lui avait commandé fin mars la ministre, Fleur Pellerin. Rappelant l'enjeu que constitue l'extension de l'ouverture des bibliothèques, en termes d'intégration et d'affirmation de l'égalité entre les citoyens et les territoires, la sénatrice a insisté sur la nécessité de concilier les attentes des usagers – qui ne sont pas uniformes, la temporalité des territoires étant différente - et le respect des agents (notamment dans leurs conditions de travail et rémunération).

18 préconisations

Sur ce sujet maintes fois débattu au cours des quinze dernières années, la sénatrice a formulé 18 préconisations. Elles concernent notamment le financement des projets d'extension horaire. La sénatrice propose en particulier que les fonds dédiés aux bibliothèques, appelés "concours particulier", dans le cadre de la dotation générale décentralisée (DGD) versée par l'Etat aux collectivités locales, puissent servir à financer les frais de personnel nécessaires à l'élargissement des horaires d'ouverture. A ce propos, Fleur Pellerin a confirmé qu'une réforme de la DGD, inscrite dans le projet de loi de finances pour 2016, permettra de prendre en charge une partie des coûts supportés par les collectivités pour un projet d'extension d'ouverture. Elle a rappelé que le président de la République avait demandé au gouvernement de "prévoir les moyens nécessaires en déposant un amendement au projet de loi de finances pour soutenir financièrement les collectivités qui porteraient des projets en la matière". "C'est ainsi qu'à partir de l'année prochaine, la dotation générale de décentralisation ne financera plus seulement les constructions et rénovations de médiathèques, mais également les coûts liés à un projet d'extension des horaires d'ouverture", a-t-elle ajouté.
La sénatrice proposait également de relever le montant de la DGD de 80 à 85 millions d'euros afin de prendre en compte cette nouvelle attribution. Sylvie Robert recommande d'assouplir le ratio m2 par nombre d'habitants qui conditionne l'octroi du concours particulier pour les projets de construction ou d'extension de bibliothèque, et qui peut être difficile à respecter pour les communes rurales.
Dans le même ordre d'idées, elle préconise d'intégrer les bibliothèques dans la liste des opérations pouvant bénéficier de la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR) destinée à financer des projets structurants en milieu rural. Parmi ses autres préconisations figurent l'établissement d'une cartographie documentaire d'un territoire avant tout projet d'extension horaire, et la généralisation de la "Nuit des bibliothèques" qui a lieu actuellement à Lille.

"Chacun devrait pouvoir trouver une bibliothèque à 20 minutes de chez lui"

Après avoir salué le travail effectué par la sénatrice, la ministre a affirmé que "les bibliothèques doivent continuer à s'adapter aux évolutions des modes de vie des populations, répondre à leurs attentes". Et notamment en termes d'accessibilité : "chacun devrait pouvoir trouver une bibliothèque à 20 minutes de chez lui". Une étude permettant d'identifier les territoires où elles manquent sera réalisée par ses services d'ici au début de l'année 2016, en collaboration avec le Commissariat à l'égalité des territoires. Ces conclusions seront mises ensuite à disposition des collectivités territoriales.
Une réflexion sur la conception des médiathèques, notamment pour privilégier "une architecture économe en coût de fonctionnement favorisant des plages d'ouverture plus étendues", sera encouragée, dans le prolongement de la Stratégie nationale pour l'architecture récemment présentée par la ministre (voir notre article ci-contre du 23 octobre 2015).

Une aide à taux bonifié

En l'absence de Marylise Lebranchu, Fleur Pellerin a indiqué que "dans la mesure où les collectivités auraient à cœur de prendre en compte l'ensemble des impacts d'un projet d'investissement, y compris en fonctionnement, l'Etat les accompagnerait dans cet effort". "Le cadre d'emploi de la dotation générale de décentralisation sera notamment précisé, afin que des taux d'aide bonifiés soient accordés par l'État aux projets qui prennent le mieux en compte la maîtrise des coûts de fonctionnement futurs". Sous la forme d'une "aide à un taux bonifié", a-t-elle ajouté.
Les moyens attribués au dispositif des "contrats territoires lecture", qui accompagnent les initiatives pour promouvoir le livre, en particulier dans les territoires ruraux et les quartiers prioritaires seront doublés en 2016, pour atteindre 2,2 millions d'euros (voir notre article ci-contre du 6 octobre 2015). La ministre a enfin annoncé engager dans les semaines à venir le dialogue avec les associations de professionnels et les élus pour préciser les contours et les modalités que pourrait prendre  la "Nuit des bibliothèques" au niveau national.
A l'issue de cette conférence, la question de l'application de ces préconisations reste toutefois quasiment entière. Une adaptation législative, certes souhaitée par les élus, et un effort financier bien modeste, ne semblent pas de nature à répondre aux problèmatiques de financement. La ministre ne s'est pas prononcée sur les préconisations de la sénatrice quant à la revalorisation du régime indemnitaire des personnels des bibliothèques des collectivités territoriales, préférant faire appel aux volontaires du service civique et comptant engager un dialogue avec les  associations de professionnels et d'élus.

Laurent Terrade

Au Havre, la bibliothèque Oscar-Niemeyer ouvre ses portes au public lundi 2 novembre

La ville du Havre a achevé la rénovation de son espace Oscar Niemeyer, baptisé le Volcan, en inaugurant lundi 2 novembre une bibliothèque dans une partie de l'ensemble architectural du célèbre architecte brésilien. Ce lieu comporte le "Grand Volcan", rénové au début de l'année, qui est devenu scène nationale, et le "Petit Volcan" qui abrite désormais une bibliothèque dernier cri.
Le coût total de la rénovation s'élève à 60 millions d'euros, dont 20 pour la bibliothèque, la ville, aidée surtout par l'Etat, en assumant la plus grande part. Sur 5.000 m2 répartis en deux niveaux, avec en son centre un escalier monumental éclairé par une verrière, la nouvelle bibliothèque, très connectée, multiplie les espaces et les ambiances censées convenir à toutes les générations, y compris aux plus jeunes enfants. Ouverte le dimanche, dotée d'un "web café", la bibliothèque propose 114.000 ouvrages ou documents à l'emprunt, dont la restitution est possible 24h/24.

AFP

 

 

Téléchargements

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle