Jean-Noël Escudié / P2C

Culture - La Fondation du patrimoine et la Française des Jeux ont signé la convention lançant le loto du patrimoine

Tourisme, culture, loisirs

Le futur loto du patrimoine a franchi une étape décisive, le 14 février, avec la signature d'une convention entre la Française des Jeux et la Fondation du patrimoine. De façon symbolique, cette signature a eu lieu à l'Elysée, en présence d'Emmanuel Macron, de Françoise Nyssen, la ministre de la Culture, et de Stéphane Bern, le promoteur du projet (voir notre article ci-dessous du 11 octobre 2017). Sur un plan juridique, le loto du patrimoine a été créé par la loi de finances rectificative du 28 décembre 2017 (voir l'encadré de notre article ci-dessous du 18 décembre 2017).

Entre 15 et 20 millions d'euros attendus en 2018

La convention précise les modalités d'utilisation des fonds recueillis dans le cadre du loto du patrimoine. Ce dernier aura lieu lors des Journées européennes du patrimoine - qui se tiendront cette année les 15 et 16 septembre - durant au moins trois années consécutives. Le communiqué indique toutefois que le premier loto aura lieu le 14 septembre prochain, donc juste avant les Journées européennes. Il sera accompagné d'un jeu de grattage. La Française des Jeux estime que ce premier tirage devrait rapporter entre 15 et 20 millions d'euros.
Les sommes collectées à cette occasion alimenteront un fonds dédié au patrimoine en péril, qui sera géré par la Fondation du patrimoine.
Cette première édition du loto "permettra de subventionner les travaux de restauration d'une centaine de projets publics et privés en péril émaillés sur tout le territoire". Le communiqué précise qu'une grande majorité de ces projets fera en outre l'objet d'une souscription populaire. Il est également prévu, avec les fonds recueillis, de venir en aide, "de façon plus conséquente", à quatorze édifices, chacun emblématique d'une région.

Un comité de sélection pour choisir entre 1.800 projets

Un comité de sélection, présidé par Stéphane Bern, sera chargé de sélectionner les projets de restauration qui recevront, en 2018, une aide financière issue du fonds. Ceux-ci seront choisis parmi les 1.800 projets identifiés par la Fondation du patrimoine et le ministère de la Culture, "représentatifs de la diversité du patrimoine et des périodes historiques : patrimoine rural, résidentiel, religieux, industriel, funéraire, militaire, relatif aux jardins...". Il pourra s'agir de projets portés par des personnes publiques comme par des personnes privées.
La sélection des projets prendra en compte différents facteurs : l'intérêt patrimonial et culturel, l'urgence de la restauration au regard de l'étendue des dégradations et de l'état de péril, la recherche d'un équilibre géographique tout en privilégiant les zones rurales et petites agglomérations dans un objectif de revitalisation des territoires, ou encore le projet de valorisation ou de réutilisation, ainsi que les retombées économiques attendues, notamment pour le développement du tourisme local.

Haut de page