Labbeville récompensée pour son programme de rénovation énergétique (38)

La commune du Val-d’Oise a entamé un programme de rénovation énergétique de ses bâtiments en 2010. L’installation de chaudières à bois et l’isolation de plusieurs bâtiments a conduit en moins de dix ans à une diminution de la facture de chauffage de plus de 40 % et de nouvelles actions sur l’éclairage et l’isolation sont programmées. Cette initiative a été récompensée en 2022 dans le cadre des « Trophées des communes pour la rénovation énergétique » en Île-de-France.

La commune rurale de Labbeville, située sur le territoire du Parc naturel régional (PNR) du Vexin français, dans le Val-d’Oise, a été récompensée mi-2022 par le « Trophée des communes pour la rénovation énergétique » pour un projet global commencé en 2010 et qui a déjà conduit à une baisse des dépenses de chauffage de 43 % en moins de dix ans.

« Dès 2008, nous souhaitions réduire notre consommation énergétique et notre dépendance au pétrole. Nous avons profité d’une opportunité offerte par le Parc naturel régional du Vexin et avons fait réaliser une étude thermique qui portait sur l’ensemble de nos bâtiments : mairie, groupe scolaire et foyer régional », se souvient l’adjoint au maire de Labbeville, Christian Dumet. L’étude confirme la nécessité d’améliorer l’isolation des bâtiments et de modifier les systèmes de chauffage au fioul. Au fil des ans, la commune va investir 300 000 euros dans les différents travaux avec un taux de subvention moyen d’environ 60 %.

Chaudières à bois

En 2013 et 2015, les cinq chaudières équipant les bâtiments communaux sont remplacées par deux chaudières à pellets de bois, un système qui permet une alimentation automatique et continue, adapté à ce type de bâtiment. « On a été inspiré par la commune de Théméricourt qui avait le projet de chauffer plusieurs bâtiments avec un équipement commun. On a maintenant une chaudière à bois qui chauffe le bâtiment du foyer rural, des classes de l’école et des appartements. Chacun a son compteur. Mais les pellets, ce n’est pas local, car la filière n’est pas assez structurée pour l’instant. Avec les aides, le retour sur investissement est d’environ cinq ans, avec une baisse des dépenses de carburant d’environ 5 000 euros par an », note l’adjoint au maire.

Changement des portes et des fenêtres

Pour l’isolation, la commune se repose sur les préconisations fournies par le PNR pour la rédaction du cahier des charges et différents travaux sont mis en œuvre au fil des ans. « Par exemple, pour la mairie, on a changé les portes, les fenêtres et réalisé une isolation des combles, précise l’adjoint au maire. Il y avait la possibilité d’utiliser des matériaux plus écologiques, comme du lin ou du chanvre, mais cela coûtait plus cher et dans une commune de 600 habitants, on a peu de moyens. »

Chasse aux subventions

D’autres travaux sont programmés dans les prochaines années avec notamment l’isolation extérieure de l’école, l’installation d’éclairages LED, de systèmes de régulation intelligents du chauffage et de fenêtres à triple vitrage. « Nous avons obtenu des financements à 40 % sur les projets éclairage et isolation mais nous allons demander un complément en 2023 », précise l’élu. La plupart des travaux réalisés ont été financés à plus de 60 % via le PNR, la Dotation d'équipement des territoires ruraux ou la Dotation de soutien à l'investissement local. Pour le maire adjoint, la réalisation d’un programme de ce type nécessite de « tenir le cap » sur le long terme et d’être en alerte pour « chasser les subventions ».

Découvrez nos newsletters

  • Localtis :
    Propose un décryptage des actualités des collectivités territoriales selon deux formules : édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques.

  • Territoires Conseils :
    Recevez tous les quinze jours la liste de nos dernières publications et l'agenda de nos prochains rendez-vous.

S'abonner aux newsletters