Localtis

Le ministère de la Culture s'engage pour la "santé culturelle" des jeunes enfants et des familles

Publié le
par
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis
dans

Tourisme, culture, loisirs

Social

Jeunesse, éducation et formation

France

Il s'agit de donner suite au rapport de Sophie Marinopoulos sur l'éveil culturel et artistique des jeunes enfants (0-3 ans) en lien avec leurs parents.

Franck Riester a présenté le 14 octobre les orientations de son ministère en faveur de la "santé culturelle" des jeunes enfants et des familles. Plus précisément, il s'agit des orientations tirées du rapport "Une stratégie nationale pour la santé culturelle", remis en juin par la psychologue et psychanalyste Sophie Marinopoulos. La mission, qui lui avait été confiée par Françoise Nyssen, alors ministre de la Culture, portait sur l'éveil artistique et culturel des jeunes enfants. Même si le lancement de ce travail lui est antérieur, le rapport s'inscrit également dans la démarche du "Parcours des 1.000 premiers jours", lancée récemment par Emmanuel Macron en vue de réduire les inégalités de destin.

La réflexion qui sous-tend le rapport repose sur le concept d'ECA-LEP, autrement dit, selon Sophie Marinopoulos, "une mission qui concernerait les enfants de la naissance à trois ans et préconiserait pour eux, sur l'ensemble du territoire, le développement d'actions d'éveil culturel et artistique (ECA) dans le lien à leurs parents (LEP), doublé d'un axe de réflexion sur ce que je nomme la santé culturelle, définie comme la santé de nos liens. L'idée est d'associer les questions de santé aux questions de culture, en démontrant que l'une ne va pas sans l'autre".

Un axe de soutien à la parentalité

Le rapport formule une soixantaine de préconisations, dont la première précise que "la mission préconise que les pouvoirs publics reconnaissent l'éveil culturel et artistique (ECA) de l'enfant de la naissance à trois ans comme un axe de santé, et l'éveil culturel et artistique dans le lien enfant-parents (ECA-LEP) comme un axe de prévention et de soutien à la parentalité". Plus largement, le rapport préconise la mise en œuvre d'une "politique des 3 A" : attendre l'enfant, accueillir l'enfant et accompagner l'enfant. Compte tenu de leur étroite intrication avec les enjeux des 1.000 premier jours, les réflexions engagées devraient se poursuivre dans le cadre du groupe de travail confié à Boris Cyrulnik.

En attendant, Franck Riester a rappelé les engagements du chef de l'État sur le développement de l'éducation artistique et culturelle. Une dimension intégrée également dans les priorités du ministère de l'Éducation nationale (voir notre article ci-dessous du 29 mai 2019).

Sans trop s'avancer sur les mesures à mettre en œuvre, le ministre de la Culture a notamment indiqué que, dans le cadre de la démarche de transformation du ministère, cette dimension sera une priorité de la future direction qui devrait être en charge de "la transmission et l'accès à la culture, la territorialisation de nos politiques, ainsi que la coordination de la politique d'enseignement supérieur et recherche Culture". Cette nouvelle direction aura notamment pour mission de coordonner les actions à destination des enfants et de leurs familles, grâce à la mise en œuvre d'une contractualisation avec les partenaires concernés. De même, il est prévu de renforcer la formation des professionnels de la culture et des artistes. Enfin, les directions régionales des affaires culturelles (Drac) seront chargées d'identifier les porteurs de projet en matière d'ECA-LEP et de les accompagner dans la mise en œuvre de leurs initiatives.

Haut de page