Localtis

L'enveloppe de l'État pour les festivals majorée de 50%

À l'occasion de la première édition des "états généraux des festivals", organisée par le ministère de la Culture et qui s'est tenue à Avignon les 2 et 3 octobre (voir nos articles ci-dessous du 23 juillet et du 2 octobre 2020), Roselyne Bachelot a annoncé que l'enveloppe exceptionnelle affectée par l'État au soutien des festivals fragilisés par la crise sanitaire sera majorée de 50%. Ce "fonds estival" mis en place cette année sera prolongé en 2021 et passera ainsi de 10 à 15 millions d'euros sur les deux ans. "Nous verrons s'il y a besoin d'argent supplémentaire, nous y veillerons", a ajouté la ministre. Au-delà de l'urgence, Roselyne Bachelot veut aussi "réinterroger" la façon dont l'État aide les festivals et "veut travailler à une meilleure prise en compte" de ces derniers. Le soutien de l'État devra, par ailleurs, "être complémentaire de celui des collectivités territoriales" et la ministre a salué leur "implication active et de longue date, qui a beaucoup contribué à l'éclosion des festivals partout sur les territoires". Dans cet esprit, les états généraux doivent permettre de créer "un nouvel espace de concertation de de dialogue entre l'État, les collectivités territoriales, les organisateurs et les artistes". L'objectif est de "repenser leur modèle pour l'adapter aux exigences qui désormais d'imposent à eux".

La ministre de la Culture a reconnu en effet que "la situation des festivals reste marquée par une profonde incertitude" et que "l'ombre de la pandémie continue de planer et de troubler l'horizon", ce qui suscite chez les responsables de festivals "beaucoup d'inquiétudes et de remises en question". Une déclaration presque prémonitoire, puisqu'à l'issue d'un déjeuner organisé lors de ces états généraux, Roselyne Bachelot, le préfet du Vaucluse et Olivier Py, le directeur du festival d'Avignon, sont devenus cas contacts et se trouvent donc placés en quatorzaine (de sept jours) à leur domicile, même s'ils ne présentent aucun symptôme.

Souhaitant rester positive, la ministre de la Culture estime cependant que "la crise a révélé au yeux de tous l'importance des festivals dans la vie de notre pays". Le "choc brutal" de la pandémie a "mis en évidence le rôle structurant des festivals dans la vie des territoires". La récente enquête décennale sur les pratiques culturelles montre d'ailleurs que les Français sont de plus en plus nombreux à fréquenter les festivals, notamment chez les plus jeunes. Roselyne Bachelot a également annoncé une "très bonne nouvelle" : l'ouverture d'une concertation avec le ministère de l'Intérieur sur la circulaire relative à l'indemnisation des services d'ordre. Le ministère de l'Intérieur a par ailleurs décidé un moratoire sur ces frais (au demeurant peu nombreux faute de festivals) jusqu'au 31 décembre 2020.

À noter : à la veille de l'ouverture des états généraux, Françoise Nyssen, la première ministre de la Culture du quinquennat d'Emmanuel Macron, a été élue présidente de l'association de gestion du festival d'Avignon pour les trois prochaines années, succédant ainsi à Louis Schweitzer, tandis qu'Olivier Py demeure directeur général.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page