Les maires des stations de montagne veulent des tests et des classes de neige

Le conseil d'administration de l'Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM) s'est réuni en visioconférence le 30 octobre. La réunion a fait émerger "plusieurs sujets clés qui doivent être portés rapidement à l'attention des pouvoir publics". Ils reflètent tous l'inquiétude des maires des stations de montagne face aux incertitudes qui pèsent sur la saison d'hiver 2020-2021, alors que la pandémie de Covid-19 a repris de plus belle. Le premier point concerne le protocole sanitaire pour la saison d'hiver et, plus particulièrement, la question des tests antigéniques et sérologiques. L'ANMSM estime en effet que "disposer de ces tests en quantité suffisante serait pour les stations de montagne un véritable atout, car leur rapidité permettrait de dépister en particulier les personnels saisonniers de manière plus régulière et donc d'éviter la propagation de l'épidémie et l'éventuelle interruption d'activités économiques et par conséquent de fermeture de stations". Des parlementaires ont d'ores et déjà fait part de leur intention de soutenir l'ANMSM dans sa demande d'autorisation en vue d'effectuer ces tests en stations. Il faut rappeler en effet que bon nombre de stations ne disposent pas forcément d'équipements sanitaires de base (pharmacie, laboratoire...). De son côté, le président de l'association va saisir le "plus haut niveau de l'État pour obtenir des avancées en ce sens".
Le second point concerne les classes de neige. Une rencontre est prévue sur ce point avec le cabinet du ministre de l'Éducation nationale, qui n'a toujours pas officialisé sa position dans le nouveau contexte de la forte reprise de la pandémie et du confinement. Dès le mois de septembre, les élus savoyards s'inquiétaient "des décisions très rapides d'annulation [de la part des organisateurs de séjours, ndlr] par manque de consignes du ministère de l'Éducation nationale". Le compte rendu du conseil d'administration explique que "plusieurs maires ont mis en avant l'importance du maintien des classes de neige en raison des retombées économiques qu'elles engendrent et de leur capacité à renouveler les futurs vacanciers en stations de montagne". Pour les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie, par exemple, l'absence de classes de neige pourrait représenter une perte de l'ordre de 32 millions par mois durant la saison.
Enfin, le dernier point concerne "le travail juridique réalisé par l'ANMSM conjointement avec les maires et parlementaires. Ainsi, plusieurs amendements ont été proposés et soutenus par le réseau Fil Neige dans le cadre du projet de loi de Finances pour 2021". Ces échanges avec les parlementaires devraient se poursuivre sous la forme de réunions régulière du Fil Neige - créé en 2017 - organisées "très régulièrement" par le président  de l'ANMSM, Jean-Luc Boch, maire de La Plagne Tarentaise.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle