Les régions associées au Conseil national de l'hydrogène

Le gouvernement a installé, lundi 11 janvier, le Conseil national de l'hydrogène. Cette instance à laquelle Régions de France sera associée, devra assurer le suivi de la Stratégie nationale du 8 septembre et favoriser la structuration d’une chaîne de valeur en France ou dans le cadre de coopérations européennes.

Cette instance, créée dans le cadre du Conseil national de l’industrie et composée de nombreux industriels, associera Régions de France. Elle aura pour rôle de "structurer les échanges entre l’Etat et les parties prenantes" dans la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné du 8 septembre 2020, et de "mesurer le bon déroulement des actions prévues pour identifier, le cas échéant, les éventuels freins". Elle "favorisera l’émergence de projets collectifs visant à la structuration d’une chaîne de valeur complète sur notre territoire ou dans le cadre de coopérations européennes", indique le communiqué des ministres Barbara Pompili (Transition écologique), Bruno Le Maire (Economie, Finances et Relance), Frédérique Vidal (Enseignement supérieur), et Agnès Pannier-Runacher (Industrie).

Cette stratégie nationale prévoit d’injecter 7 milliards d’euros d’ici à 2030 pour promouvoir le développement de l’hydrogène, dont 2 d’ici à 2022 dans le cadre du plan de relance. Elle s’est déjà traduite dans deux appels à projets lancés cet automne ("Briques technologiques et démonstrateurs" et "Ecosystèmes territoriaux", dotés respectivement de 350 et 275 millions d’euros mobilisant le programme d’investissements d’avenir ; le 4e PIA dévoilé vendredi  8 janvier en fait une de ses priorités). Un coup d’accélérateur qui visait à se mettre au diapason de l’Allemagne qui, dès le mois de juin, avait annoncé un plan hydrogène de 9 milliards d’euros avec l’ambition claire de devenir le "leader mondial" dans cette technologie.

Vers un programme d'intérêt européen

De son côté, la Commission européenne tente d’harmoniser ces politiques afin que toutes aillent dans le même sens. C’est le but de sa stratégie dévoilée le 8 juillet promouvant une "Alliance de l’hydrogène propre", prenant exemple sur les alliances de la batterie et du plastique. Le 17 décembre, 23 Etats membres ont signé "un manifeste pour le développement d’une chaîne de valeur de l’hydrogène", "point de départ d’un nouveau Projet important d’intérêt européen commun (PIIEC) qui sera mis en œuvre sur l’année 2021", précise le gouvernement, dans son communiqué.

A noter que la Commission entend promouvoir les partenariats interrégionaux sur les "technologies de l'hydrogène dans les régions à forte intensité de carbone". Elle a annoncé, vendredi, la fusion de deux partenariats existants : le partenariat européen des "vallées de l'hydrogène", rassemblant 12 régions dont les régions françaises Auvergne Rhône-Alpes et Normandie, et un partenariat dirigé par la région de Košice (Slovaquie). Ces régions recevront un soutien global en ingénierie de 100.000 euros de fonds Feder.

La première réunion du Conseil national de l’hydrogène se tiendra "dans le courant du mois de janvier". L’occasion d’un premier bilan de la mise en œuvre de la Stratégie nationale et du PIIEC européen.